Samedi, face à Leeds United, Riyad Mahrez a enchaîné une 4e titularisation avec Manchester City pour le compte de la 4e journée de Premier League. La bataille tactique attendue entre Pep Guardiola et Marcelo Bielsa s’est soldée sans vainqueur (1/1). Dans cette rencontre, l’Algérien a eu droit à 77 minutes en tant que faux-neuf. Un nouveau poste que lui a attribué son coach car « il est le seul joueur de l’effectif qui peut jouer n’importe où dans l’attaque.» Cette polyvalence est à double-tranchant.

Avec une ligne-avant décimée par les blessures et les défections de Sergio Agüero et Gabriel Jesus, Guardiola n’a pas de véritable avant-centre à faire jouer en ce début de saison. Avant-hier, pour le déplacement chez Leeds United, il a décidé de s’adapter en essayant de transposer ses idées du temps où il était sur le banc du FC Barcelone avec l’apparoche d’avoir un faux-neuf. Le choix s’est porté sur Riyad Mahrez dans le rôle de… Lionel Messi.
Néanmoins, les « Citizens » n’ont pas la même maîtrise qu’avait le Barça en 2009 sous la coupe de Pep. Ainsi, le capitaine de l’équipe nationale ne peut pas vraiment avoir le rendement de haute volée comme l’Argentin le faisait. Habitué à évoluer sur l’aile droite, à l’instar de la « Pulga », l’ex sociétaire de Leicester City s’est senti « dépaysé » dans ce nouveau registre. Lui qui aime plus être dans la percussion et avoir de l’espace pour faire parler sa technique.

Desservi par le repositionnement
Dans le football, plus on est dans le cœur du jeu, plus on est entouré par les adversaire. Surtout quand on joue dans le dernier tiers du terrain. Et quand on n’a pas ses repères, c’est difficile d’exploiter les petits espaces. La plupart du temps, le Dz a dû jouer en remise et ne s’est pas créé de véritables occasions. L’unique but de son équipe a été signé Raheem Sterling qui a, encore une fois, marqué des points. L’Anglais en est à 34 buts toutes compétitions confondues depuis l’entame de la saison 2019-2020. Personne ne fait mieux en Angleterre.
Pour celle de 2020-2021, l’Anglais semble parti sur les mêmes standards. C’est plus facile de performer quand on joue dans son rôle de prédilection. D’ailleurs, son driver aurait pu l’aligner dans l’axe du secteur offensif mais il s’est servi de Mahrez pour que l’ancien pensionnaire de Liverpool ait le rendement le plus optimal. Ce choix a, quelque peu, desservi le capitaine de l’Algérie qui enchaîne les rencontres, avec une 4e apparition de suite, sans pour autant se montrer décisif en termes de statistiques (1 but et 1 passe D).

Quelle moitié du verre ?
Ce n’est pas le cas de Sterling qui a trouvé la faille à 3 reprises en distillant 2 offrandes en 5 matchs disputés. Au final, c’est ces chiffres qui peuvent conférer un statut de titulaire au sein d’un effectif à forte concurrence aux différents postes. Donc, oui, le fait que Mahrez cumule des minutes est une bonne nouvelle.
Quant à la mauvaise, c’est sa peine à soigner ses stat’ individuelles et cette polyvalence qui peut lui porter préjudice et signifier qu’il sera plus une recours de rechange qu’une pièce maîtresse. Surtout avec le retour de Bernardo Silva qui évolue au même poste. Aussi, le rétablissement des blessés pourrait le contraindre à repasser sur la banquette. On fera le point une fois les troupes de Guardiola seront au complet. n