Par Anouk RIONDET
Après l’annonce lundi de l’expulsion de l’ambassadeur de France au Mali par la junte au pouvoir, l’opposition française a plébiscité un désengagement de ce pays d’Afrique de l’Ouest, un débat qui s’immisce dans la campagne présidentielle. À deux mois du premier tour de cette élection, plusieurs candidats ont dénoncé une «humiliation» qui a lieu dans un contexte d’extrême tension entre Paris et Bamako depuis un premier putsch en août 2020 puis en mai 2021, sur fond de déploiement de mercenaires russes dans ce pays du Sahel et après le renvoi du contingent danois de l’opération internationale antijihadiste Takuba. Engagée militairement contre le terrorisme au Mali et au Sahel depuis 2013, notamment avec la force Barkhane, «la France a perdu une influence folle en Afrique», estime la cheffe du Rassemblement national (RN, extrême droite) Marine Le Pen pour laquelle le comportement du Mali doit susciter «une réponse extrêmement ferme» de la part de Paris. La candidate à la présidence, qui considère que «si le gouvernement malien souhaite faire appel à d’autres États (comme la Russie, ndlr) pour assurer sa défense, il en va de sa souveraineté», a estimé qu’il fallait bloquer l’aide au développement et les transferts de fonds de France vers le Mali, se prononçant pour le départ des troupes françaises. «Nos soldats meurent pour un pays qui nous humilie», dénonçait lundi son grand rival d’extrême droite Éric Zemmour dans un tweet, après la mort samedi d’un soldat français au Mali dans une attaque au mortier, première victime de l’année 2022 et 53e militaire tué au combat au Sahel depuis 2013. «Toute la politique africaine de la France est à repenser», a recommandé le candidat du parti Reconquête! De son côté, le candidat de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon a dit le «chagrin» que lui inspire la situation. «Nous avons perdu plus de 50 personnes là-bas, nous finissons dans un imbroglio qui n’est pas digne», a-t-il regretté mardi lors d’une rencontre avec l’Association des journalistes de défense (AJD). Depuis longtemps hostile à la présence de troupes françaises au Mali, le candidat La France Insoumise considère «qu’il faut se retirer de là».
Redimensionner l’opération au Sahel
Le candidat communiste Fabien Roussel a également plaidé pour «sortir» du Mali «de manière progressive». Yannick Jadot, le candidat écologiste, a aussi préconisé sur RTL mercredi matin le «repli de nos soldats sur d’autres pays» et que ceux au Mali soient maintenus «dans les camps, les casernes». «Il n’est plus question qu’ils sortent», a-t-il dit. À droite, la candidate Les Républicains (LR, conservateurs) Valérie Pécresse a critiqué un manque d’anticipation de l’exécutif. «Il ne faut pas quitter le Sahel mais la question de notre maintien au Mali est clairement posée», a-t-elle déclaré mercredi matin sur CNews, martelant qu’on «n’a pas vocation à rester dans un pays qui ne veut pas de nous». Mais la candidate socialiste et maire de Paris Anne Hidalgo a mis en avant lundi la nécessité de «maintenir» une présence française au Mali, pour «notre sécurité» et parce qu’on «ne peut pas donner cette victoire aux terroristes», même si elle n’a pas nié «qu’il faille adapter» cette présence. Interrogé mardi sur Franceinfo pour savoir si cette présence allait être encore réduite jusqu’à être totalement retirée, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a fait remarquer que la France avait «progressivement réduit la voilure, et (allait) continuer à le faire». Les forces Barkhane passeront de 5.000 hommes à l’été 2021 à une fourchette de 3.500-4.000 à l’été 2022. Dans tous les cas, «la situation ne peut pas rester en l’état», a-t-il admis. «D’ici la mi-février on va travailler avec nos partenaires pour voir quelle est l’évolution de notre présence sur place» et «pour prévoir une adaptation», a-t-il ajouté.