Au moins trois soldats maliens ont été tués et cinq blessés dimanche lors de l’attaque d’un camp de l’armée dans la région de Tombouctou, dans le nord du Mali, par de présumés djihadistes, a indiqué l’armée malienne. Le poste des Forces armées maliennes (FAMa) de Bambara Maoudé, à une centaine de kms au sud de Tombouctou, a «fait l’objet aux environs de 05H00 (GMT et locales) d’une attaque terroriste», a indiqué l’armée sur Twitter. «Au cours de cette attaque, les FAMa déplorent un bilan provisoire de 3 morts, 5 blessés et des dégâts matériels. Les blessés ont été héliportés sur Sevaré (centre). Les vecteurs aériens ont été dépêchés sur zone. Le poste est sous contrôle FAMa», selon la même source. «Trois de nos hommes sont tombés au front dimanche lors d’une attaque djihadiste à Bambara Maoudé», avait auparavant déclaré à l’AFP un responsable de l’armée à Tombouctou, contacté par téléphone. «Au moins trois militaires ont été tués, deux autres n’ont pas été retrouvés pour le moment, on ne sait pas s’ils sont morts ou pas», a pour sa part déclaré un élu de la localité. Selon un autre élu local, «les terroristes sont partis avec des véhicules et du matériel militaire», mais aussi «avec des corps de leurs camarades tués». Un renfort de l’armée malienne est arrivé sur les lieux après l’attaque, selon une source militaire étrangère. Le Mali est confronté depuis 2012 aux insurrections indépendantistes, salafistes et djihadistes et aux violences intercommunautaires qui ont fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés. Parties du nord du pays, les violences se sont propagées au centre et aux pays voisins, le Burkina Faso et le Niger.