Le gouvernement malien a condamné l’assassinat du président en exercice de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA), Sidi Brahim Ould Sidati à la suite d’une attaque perpétrée mardi à Bamako par deux individus armés non identifiés. Dans sa facebook, le gouvernement malien a condamné le meurtre “d’un des acteurs importants du processus de paix au Mali”.La CMA a également condamné “cet acte lâche et abominable”. Précisant que son leader a été assassiné alors qu’il conduisait une mission dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, issu du Processus d’Alger, la CMA a exigé dans un communiqué “la diligence d’une enquête indépendante et transparente bénéficiant d’un fort engagement des autorités de la transition mais également de l’implication des parties prenantes au processus de Paix au Mali, notamment de la médiation internationale à travers la MINUSMA”. Un des principaux chef des groupes politico-militaires du nord du Mali, Sidi Brahim Ould Sidati, président en exercice de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), alliance composée essentiellement d’anciens groupes armés qui activaient dans le Nord à partir de 2012 avant de signer l’Accord de paix et de réconciliation en 2015. Sidi Brahim Ould Sidati avait signé au nom de la CMA cet accord pour restaurer la paix. L’application de cet accord est considérée comme capitale pour rétablir définitivement la paix.