Intransigeante avec les clubs algériens qui jouent la Ligue des Champions quand il s’agit de recevoir des adversaires provenant des pays fortement touchés par le nouveau variant du Coronavirus, les Autorités du pays seront confrontées à un sacré dilemme. Elles devront décider si l’équipe nationale pourra recevoir le Botswana, où la nouvelle souche de la COVID-19 s’est considérablement propagée, sur nos terres ou pas. Ce match, comptant pour la 6e et dernière journée des éliminatoires de la CAN-2022, est programmée pour le 29 mars prochain, sera anecdotique car l’EN est déjà qualifiée. Malgré cela, le sélectionneur Djamel Belmadi tient, selon nos informations, à se produire au stade Mustapha Tchaker (Blida). Lui fera-t-on une faveur ?

Les Fennecs sont assurés d’être présents lors de la prochaine CAN prévue entre le 15 janvier et le 28 février 2022. Mais il leur reste 2 rencontres à disputer contre la Zambie (25 mars) en déplacement et une autre à domicile face au Botswana 4 jours plus tard. Cette dernière sortie est domiciliée, pour l’instant, au stade Mustapha Tchaker (Blida).

Le record de la Côte d’Ivoire visé
Bien qu’elles ne soient pas importantes sur le plan comptable étant donné qu’ « El-Khadra » a déjà validé son billet pour ladite messe, il y a cette série d’invincibilité que les champions d’Afrique veulent légitimement préserver. Pour cela, il est nécessaire d’évoluer dans des conditions optimales. Dans un premier temps, il faudra bien négocier le voyage en terres zambiennes. Après 22 sorties sans concéder de revers, les « Verts » sont à quatre longueurs de la référence en la matière signée par la Côte d’Ivoire entre 2011 et 2013.
Proche de ce record, Belmadi ne veut pas voir ses poulains plier et rater une belle occasion pour marquer les esprits et laisser leur empreinte dans les annales du football africain. Même s’il assure ne pas en faire une obsession, l’esprit de gagneur, qu’il n’a d’ailleurs jamais caché, l’oblige à jouer pour atteindre cet objectif. Une marque qui ne pourrait qu’asseoir, un peu plus, la réputation de Riyad Mahrez et consorts sur le plan continental en plus de donner plus de relief à leur CV au niveau international.

Le risque d’annulation est présent
A partir de là, les deux rendez-vous du mois de mars ne comptent pas tout à fait pour du beurre aux yeux du coach et de ses protégés. Les « Guerriers du Désert » chercheront à réaliser les meilleurs résultats qui soient. Même si le successeur de Rabah Madjer compte faire tourner. A la performance viennent se greffer la « superstition » et la recherche d’assurance. Deux éléments que l’équipe nationale a toujours trouvés en l’enceinte de la ville des Roses n’ayant jamais été défaits là-bas en 37 sorties (31 victoires et 6 nuls).
Pour revenir à ce match contre les « Zèbres », on notera que les autorités botswanaises ont tenu à informer que « selon le Journal officiel publié le 26 février 2021, la BFA a suspendu toutes les activités de football avec effet au 26 février 2021.» On ne sait pas qu’en sera-t-il de la réception du Zimbabwe (2e, 5 points) dans un match capital pour la 2e place du groupe « H » sachant que les locaux sont 3es à une longueur. L’éventualité de voir les deux dernières sorties du Botswana tout bonnement annulées reste d’actualité.
Cette probable décision impliquerait une victoire par forfait de notre sélection pour la 6e journée. Tous les points seront bons à prendre pour poursuivre la série des matchs sans défaite et le classement FIFA qui sera décisif pour d’éventuels barrages des qualifications de la Coupe du Monde 2022. Une campagne qui débutera en juin prochain.