Le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a été, hier, l’hôte de la commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN). A l’ordre du jour, l’examen du projet de loi portant règlement budgétaire de l’exercice 2014.

A cette occasion, le ministre a été interpellé sur les questions inhérentes à son secteur, à commencer par la contestation des travailleurs de la Maison de culture de Béjaïa. Questionné à ce propos, en marge de sa rencontre en commission par le député du Parti des travailleurs (PT) de la wilaya de Tizi Ouzou, Ramdane Tazibt, le ministre s’est dit sensible à cette problématique, selon ce dernier. « J’ai vu le ministre et je lui ai demandé de rencontrer les travailleurs de la maison de la culture de Béjaïa pour les écouter et prendre connaissance de leurs préoccupations compte tenu de l’importance de la culture et de ce secteur dans notre pays », a indiqué Tazibt selon lequel « le ministre a été à l’écoute et s’est montré sensible à cette question ». C’est ainsi que le membre du gouvernement a annoncé une rencontre « dans les tout prochains jours », avec les représentants des travailleurs de la Maison de la culture de Béjaïa. « La rencontre ne saurait tarder, elle est imminente », note Tazibt selon lequel « le ministre sera présent en personne à ce rendez-vous ». « Je l’ai alerté et lui ai recommandé de ne pas laisser les choses en l’état et de prendre des mesures d’apaisement en répondant à leurs doléances parce que la culture c’est très important et qu’il faut que les artistes soient rassurés sur leur avenir », a encore soutenu le député du Parti des travailleurs. Le ministre réussira-t-il à désamorcer la contestation des travailleurs de la maison de la culture Taos-Amrouche de Béjaïa qui traîne en longueur ? Selon le député du PT, « le fait que le ministre ait annoncé une rencontre entre son département et les représentants de ces travailleurs témoigne de sa sensibilité à leur situation ». Parmi les autres préoccupations exprimées par les membres de la commission, lors de cette réunion, figure « le renforcement du contrôle interne sur les opérations de fonctionnement. Certains députés se sont interrogés sur les raisons du recours excessif aux marchés de gré à gré. D’autres députés ont exhorté le ministre de rallonger les budgets alloués au secteur compte tenu de son importance. Par ailleurs, M. Mihoubi a indiqué qu’au cours de la réunion présidée par Bedda Mahdjoub, président de la commission des finances, que « les dépenses du secteur ont été réparties entre les salaires et les indemnisations des fonctionnaires ». « Une autre partie du budget a été versée aux institutions de la tutelle, celles à caractère administratif, commercial ou industriel, et pour le soutien des associations activant dans le domaine culturel et l’organisation de différentes manifestations », a expliqué M. Mihoubi. Il a fait observer que « le budget de l’équipement a été consacré au financement de nombreux projets culturels dont certains ont été réalisés et d’autres accusent un retard pour des raisons liées essentiellement à l’absence de bureaux d’études spécialisés dans le domaine de la restauration du patrimoine culturel et aussi à l’absence d’assiettes foncières ».