Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a signé un décret présidentiel portant des mesures de grâce au profit d’un premier groupe de détenus (3471 détenus), dont il ne reste de leur peine que six (6) mois ou moins à purger, a indiqué mardi un communiqué de la présidence. «Le président de la République,
M. Abdelmadjid Tebboune, a signé, lundi, un décret présidentiel portant des mesures de grâce au profit d’un premier groupe de détenus et non détenus condamnés définitivement à la date de la signature du décret, au nombre de 3471, et dont il ne reste de leur peine que six (6) mois ou moins à purger», a noté le communiqué. Les mesures de grâce englobent également, parmi les catégories concernées, les individus bénéficiaires du système de libération conditionnelle ou de la suspension provisoire de peine», a ajouté la source. «Ce premier groupe sera suivi par un deuxième qui englobera des détenus condamnés définitivement, et dont il ne reste de leur peine que douze (12) mois ou moins à purger», a conclu le communiqué.
(APS)

Finances
De nouveaux DG aux impôts et au budget
Les nouveaux directeurs généraux de la direction générale des impôts et celle du budget ont été installés officiellement mardi au niveau du ministère des Finances, a indiqué mardi ce ministère dans un communiqué. Ainsi, il a été procédé à l’installation de Mme Amel Abdellatif à la tête de la direction générale des impôts, en remplacement de M. Aissani Kamel, a précisé la même source. Mme Abdellatif occupait, auparavant, le poste de directrice du contentieux au niveau de la même direction, ajoute le communiqué. Il a été procédé, également, à l’installation de M. Faîd Abdelaziz en qualité de directeur général du budget, en remplacement de M.Bekka Farid. M. Faîd occupait le poste de directeur de la réglementation budgétaire et du contrôle préalable de la dépense publique au niveau de la direction générale du budget (DGB), selon le ministère des Finances.

Tizi Ouzou
Les travailleurs de la Trésorerie de la wilaya en grève
Par Houssem A. M.
A l’appel de la section syndicale UGTA, les travailleurs de la Trésorerie de la wilaya de Tizi Ouzou ont observé, hier, une journée de grève. Dénonçant le silence de la tutelle et l’absence de dialogue et de concertation de la part des responsables qui,
« pourtant ont été destinataires de nos doléances », les grévistes motivent leur action par une série de revendications socioprofessionnelles. Celles-ci ont trait à des exigences salariales et à l’amélioration des conditions de travail, se plaignant, dans ce sens, de l’insalubrité des locaux où ils exercent.