Non! ce n’est pas du racket mais un appel! Un cri! Le coronavirus continue à faire des victimes dans le monde. La mobilisation est à son maximum. La bataille contre cette pandémie est basée sur la prévention et les précautions. Toutefois, le matériel médical et les équipements restent des armes essentielles pour cette lutte. Nos hôpitaux ne semblent pas bien équipés sur ce plan. Aussi, les règles d’un confinement strict empêchent des familles démunies de subsister. C’est à ce moment-là que l’aide financière des personnalités sportives devraient intervenir. Mais il se trouve qu’elle tarde à venir.

Des conseils pour rester à la maison pendant 14 jours, des vidéos pour montrer aux citoyens comment se laver les mains puis… plus rien. Les podcasts devant le lavabo sont comme un placebo. Le problème en Algérie n’est pas l’hygiène des citoyens. C’est le manque d’un concret soutien dans un passe où le pays se retrouve face à un COVID-19 qui risque de faire beaucoup de dégâts si jamais le rayon de contamination s’élargit. Malgré les assurances et l’impression de maîtriser la situation, il faut savoir qu’on est face à un adversaire au danger dormant. Les choses peuvent s’empirer en un rien de temps. C’est un scénario angoissant. Tracassant même tant les médecins dénoncent un considérable manque d’équipements dans les établissements. Surtout pour ce qui est des lits de réanimation. Le marché des respirateurs artificiels est aujourd’hui saturé en raison de la demande urgente dans nombreux pays. Aussi, il y a le coût qui varient entre 20.000 et 50.000 dollars l’unité. C’est selon la demande. Et il faut attendre son tour pour la voir arriver.
Pas le temps pour l’anonymat
Sur les réseaux sociaux, les Makhloufi, Mahrez, Brahimi, Soudani et les autres ont multiplié les appels aux Algériens pour qu’ils restent chez eux et respectent la quarantaine. « Faites attention à vous et à vos familles. Ce n’est que 14 jours et les choses vont rentrer dans l’ordre », c’était la phrase commune dans les différentes vidéos. Quatorze jours ce n’est rien pour quelqu’un qui dispose des moyens. Cependant, pour une personne qui vivait et travaillait au jour le jour, c’est une éternité.
Il y a des foyers qui n’ont pas d’épargnes. Ils ont de quoi manger le matin mais pas le soir. Conjuguez à cela la difficulté de se procurer les aliments de première nécessité depuis quelque temps. Un vrai cauchemar dans le cauchemar. Il faut que les joueurs et autres sportifs, qui gagnent bien leurs vies considèrent cet aspect là.
En Algérie, il n’y a que le CR Belouizdad qui a décidé, sur proposition de l’actionnaire majoritaire Madar Holding, de verser 25% des salaires des cadres de l’entreprise et de l’équipe de foot au Fond national de lutte contre le coronavirus. Une initiative louable qui n’a, jusque-là, pas été imitée. Certes, certains vont dire que les donneurs n’ont pas à s’afficher. Mais là, il s’agit de montrer l’exemple et la voie. Donner de la voix ne suffit pas dans cet ardu combat. L’Algérie a plus que jamais besoin de votre soutien comme les Algériens vous ont toujours soutenus dans les stades. Spécialement l’équipe nationale de football qui a pu compter sur les milliers qui se sont rendus en Egypte en 2019 ou Omdourman en 2009. Aujourd’hui, c’est le peuple qui joue pour vivre. L’aider est un devoir. n