De nombreux accords et conventions ont été signés tout récemment entre l’association Larimar de Sidi Bel-Abbès et l’association Joyce ‘n’ fun de l’île Skiathos, Grèce, a-t-on appris auprès du président Wadah Amine.

par M. Medjahdi
Ces protocoles d’accord entre l’association de Sidi Bel-Abbès et celle d’Athènes s’inscrivent dans le cadre des échanges entre l’Algérie et la Grèce en matière de préservation et de protection de l’environnement. Selon Wadah Amine, ces actions ont été menées à l’occasion de la Journée internationale des bénévoles et des volontaires, afin de renforcer la coopération et les échanges avec les parties concernées.
Rappelons que l’association Larimar de Sidi Bel-Abbès a été désignée comme centre ambassadeur en Méditerranée en application d’une résolution prise par les responsables de l’association mondiale Longitude 181 Nature, dont le siège est implanté à Valence, en France. Le représentant de l’Unesco a déclaré que sa mission vise à inviter l’ensemble des populations à réfléchir sur ce que représentent les océans, le rôle qu’ils jouent pour l’humanité et l’impact des activités humaines. C’est aussi le moment de réfléchir aux actions qu’on peut poser afin que les générations futures bénéficient aussi des richesses océaniques. Selon Amine Wadah, après Aqua Divers Club’ (Grèce) et hôtel les Îles (Espagne), Larimar est la troisième association du genre au niveau du bassin méditerranéen et la première en Algérie, à représenter Longitude 181 Nature. Elle s’engage à appliquer la charte internationale du plongeur et la diffuser dans la mesure de ses moyens, à l’intégrer systématiquement dans les programmes de formation dont elle a la charge.
Selon le président de cette association, Larimar s’engage contre la pollution marine et c’est dans cet esprit que l’association a choisi d’intervenir au sein des ports, des plages ainsi que les zones humides pour les accompagner dans la mise en place de démarches environnementales. Cette intervention s’oriente autour de 4 axes principaux entre autres état des lieux des installations, gestion des déchets toxiques, signalétique et sensibilisation. Notre interlocuteur a rappelé que son association a participé à plusieurs campagnes de sensibilisation et de nettoyage des plages à travers l’Ouest Algérie. Par ailleurs, elle a organisé de nombreuses journées d’études entre autres sur la réalité du changement climatique du fait des activités humaines et ses conséquences en termes d’accidents climatiques, de diminution de la biodiversité, de risques sanitaires, le tournage de films documentaires comme celui des fonds marins de Honaine et les îles Habiba.