Dix-neuf wilayas restent concernées par les mesures de confinement partiel durant la prochaine quinzaine. C’est ce qu’a indiqué le Premier ministre Abdelaziz Djerad dans un communiqué publié hier, précisant que la décision de maintenir ces régions sous couvre-feu nocturne, entre 20 heures et 5 heures du matin, prend effet à partir d’aujourd’hui 31 janvier.

Les wilayas concernées sont Batna, Biskra, Blida, Bouira, Tébessa, Tlemcen, Tizi-Ouzou, Alger, Jijel, Sidi Bel Abbès, Constantine, Mostaganem, M’Sila, Oran, Boumerdès, El Tarf, Tissemsilt, Aïn Témouchent et Relizane. Leur nombre est en baisse par rapport à celles qui étaient précédemment soumises aux restrictions de lutte contre la propagation du coronavirus. A la mi-janvier, elles étaient vingt-neuf wilayas à devoir se plier au confinement partiel et à la limitation de la circulation durant la nuit. Parmi les wilayas qui ne sont désormais plus soumises à cette obligation, et par rapport à la liste publiée le 14 janvier dernier, figurent Béjaïa, Guelma, Laghouat, Mascara, Médéa, Oum El Bouaghi et Sétif. Ce qui est de bon augure en ce qui concerne l’évolution de la courbe épidémique et surtout par rapport à la campagne de vaccination qui s’annonce.
Quand on observe que des wilayas comme Sétif et Béjaïa, considérées par le passé comme des zones d’inquiétude, sont rayées de la liste des régions soumises au couvre-feu nocturne, cela permet au gouvernement d’organiser plus sereinement sa campagne de vaccination sans le poids de l’urgence et de la pression qui l’accompagne. On suppose alors que la priorité sera accordée aux zones où l’on enregistre encore le plus grand nombre de personnes affectées par la maladie.
Or, celles-ci, à l’exception de Tissemsilt, qui est sur les Hauts-Plateaux, se situent toutes sur la bande nord du pays dans un périmètre ne nécessitant pas théoriquement un effort logistique exceptionnel, en raison de la présence importante de centres et de structures sanitaires dont l’autorité sanitaire a besoin pour bien mener les opérations comprises dans le programme de vaccination.
Sachant que ces opérations de vaccination prendront des semaines, voire des mois, la précaution est de veiller donc au contrôle, aux espaces et activités où les mesures anti-Covid sont maintenues telles que les salles omnisports et de sport, les espaces récréatifs et de rassemblements, les commerces considérés comme non-essentiels.