C’est bien connu, le PSG subit très souvent les foudres de ses anciens joueurs. Dernier exemple en date samedi, avec le but de Yacine Adli. L’ancien fleuron du centre de formation parisien a frappé peu après son entrée en jeu pour offrir un point à Bordeaux au Parc des Princes. C’est loin d’être le premier à faire des misères à Paris. Et ce n’est peut-être pas le dernier, alors que se profilent les retrouvailles entre le club de la capitale et le meilleur buteur de son histoire, Edinson Cavani. El Matador ne pouvait pas mieux préparer ce rendez-vous. Il fallait pourtant être devin pour le voir venir. Cavani n’était même pas titulaire pour affronter Southampton dimanche. Puis le scénario de rêve s’est mis en place quand les Red Devils ont rejoint les vestiaires avec un break de retard. L’Uruguayen est entré dès l’entame de la seconde période pour jouer les sauveurs. Et il l’a fait avec brio. Une passe décisive pour Bruno Fernandes, un but de renard dont il a le secret, une reprise de la tête au premier poteau dans le temps additionnel. La spéciale pour finir et le tour était joué.

« LE MEILLEUR JOUEUR QUE J’AI PU AFFRONTER À L’ENTRAÎNEMENT »
Cavani avait déjà ouvert son compteur sous le maillot de Manchester United avec un but anecdotique dans le temps additionnel lors de la victoire à Everton. Mais son véritable acte de naissance en Red Devil, c’est bien cette performance tonitruante au St Mary’s Stadium. Au grand dam de Ralph Hasenhuttl, l’entraîneur de Southampton, qui a vu le Matador briser la série de sept matches sans défaite de son équipe. « C’est très dur de défendre contre lui, a-t-il reconnu. Il est bon dans la surface. On le savait… » Il n’était pas le seul. Si Cavani a eu un temps de jeu assez limité depuis son arrivée à Manchester United, son talent n’a jamais fait aucun doute aux yeux de ses coéquipiers après seulement quelques mois de cohabitation. « Ses déplacements dans la surface sont excellents, a souligné Harry Maguire après la victoire à Southampton. C’est le meilleur joueur que j’ai pu affronter à l’entraînement. Il est tout le temps en train de bouger. On sait tous ce qu’il peut apporter au club. C’est important qu’il se lance maintenant, parce que c’est vraiment un joueur de très haut niveau. »

SOLSKJAER : « IL EST TELLEMENT MÉTICULEUX ! »
C’est surtout un profil qui faisait cruellement défaut à Manchester United. De manière générale, et sur ce match en particulier où Manchester United jouait sans véritable avant-centre en l’absence d’Anthony Martial. Cavani est le seul de l’effectif mancunien à évoluer dans ce registre de buteur d’instinct, de tueur des surfaces. Il peut clairement bonifier le collectif des Red Devils. « Il a eu un gros impact, évidemment, s’est réjoui Ole Gunnar Solskjaer. C’est un numéro neuf qui veut toujours être près du but, il est constamment en mouvement. Je suis très satisfait de lui.» Mais le rayonnement de Cavani à Manchester United va au-delà de ses talents de buteur. Cela s’est senti à Southampton où il a su communiquer sa rage de vaincre et insuffler un esprit de conquête à l’ensemble de son équipe. C’est aussi le fruit d’un professionnalisme de tous les instants. A 33 ans, l’Uruguayen est un véritable exemple pour le groupe mancunien. « Sur le terrain, dans le vestiaire ou pendant les repas, il est tellement méticuleux ! », confie l’entraîneur des Red Devils. « Il sait toujours ce qu’il veut manger, combien de temps il doit récupérer, tout ! ».

ET MAINTENANT, PARIS…
Autant de qualités qui étaient déjà associées à Cavani du temps où il évoluait à Paris. Si sa prestation à Southampton arrive comme une récompense, c’est surtout le timing qui retient l’attention à trois jours des retrouvailles avec le PSG. Où il a laissé une trace indélébile en inscrivant 200 buts, un record dans l’histoire du club, en l’espace de sept saisons. Et qu’il a quitté dans un anonymat assez surréaliste à la fin de son contrat, compte tenu de sa remarquable carrière parisienne et de sa popularité auprès des supporters.
Manchester United peut se frotter les mains de l’avoir accueilli sans avoir eu à débourser le moindre centime en indemnité de transferts. Et Cavani a bien choisi son moment pour signer cet acte de naissance. Désormais, il postule clairement pour une place de titulaire à la pointe de l’attaque mancunienne face à une défense parisienne qui a encore étalé ses limites à Bordeaux. El Matador ne se privera pas de jouer un mauvais tour aux Parisiens s’il en a l’occasion. Après tout, si un joueur a les talents de buteur pour faire perdurer cette malédiction du PSG face à ses ex, c’est bien lui n