Le monoxyde de carbone poursuit son œuvre funeste en Algérie, tuant déjà 22 personnes depuis le début de la toute nouvelle année, selon un communiqué de la Protection civile publié hier. Un lourd et macabre bilan qui vient renforcer la longue liste des personnes qui périssent chaque année asphyxiées par ce tueur silencieux.
En 2019, ces dernières étaient au nombre de 145, selon le chiffre rendu public il y a quelques jours par le chargé de communication à la direction générale de la Protection civile, le capitaine Nassim Bernaoui. Par ailleurs, durant les dernières 48 heures, les éléments de la Protection civile ont porté secours à au moins 58 personnes incommodées par le monoxyde de carbone dégagé par des chauffe-bains et des appareils de chauffage utilisés à l’intérieur des habitations, souligne la même source, précisant que ces interventions ont été opérées à travers les wilayas d’Alger, Constantine, Batna, Naâma, Médéa, Biskra, Blida, Oum El-Bouaghi, Aïn Témouchent, Bordj Bou-Arréridj, Aïn Defla, Bouira et Ghardaïa. Après leur prise en charge sur les lieux, les victimes ont été évacuées vers les structures sanitaires locales, ajoute la Protection civile.
Au rythme des pertes de vie qui ne s’arrêtent plus sous l’effet du monoxyde de carbone, les services de la Protection civile poursuivent leurs efforts de sensibilisation contre cet oxyde, connu pour être « un poison redoutablement discret, qui agit le plus souvent dans les habitations, principalement en hiver». D’où l’appel réitéré aux citoyens à faire preuve de vigilance durant les périodes de baisse des températures.
La baisse des températures « augmente les risques d’intoxication au monoxyde de carbone, ces drames sont souvent dus à des erreurs de prévention en matière de sécurité, l’absence de ventilation, le mauvais montage, un défaut d’entretien et l’utilisation de certains appareils qui ne sont pas destinés au chauffage », explique encore la Protection civile, non sans insister sur la prévention et le rôle « majeur » qu’elle joue dans sa stratégie menée « pour réduire les risques liés à ce type d’accidents domestiques ». Dans ce sens, la Protection civile appelle les citoyens à « respecter les consignes de sécurité obligatoires afin de préserver leurs vies », elle leur conseille à « ne pas boucher les prises d’air dans les pièces, à penser toujours à ventiler le logement lors de l’utilisation des appareils de chauffage (au moins 10 minutes par jour), à ne pas laisser un moteur de voiture en route dans un garage fermé, à entretenir et régler régulièrement les appareils par un professionnel et à appeler le numéro d’urgence de la Protection civile le 14 et le numéro vert 1021, en précisant l’adresse exacte et la nature de l’accident pour une prise en charge rapide et efficace ».<