L’avant-projet de Loi de finance complémentaire (LFC) a fait l’objet d’une réunion d’examen du gouvernement, tenue hier par visioconférence, indique un communiqué des services du Premier ministère.
A l’occasion, le ministre des Finances Abderrahmane Raouya a présenté un exposé sur les propositions contenues dans l’avant-projet de la LFC-2020, ainsi que les objectifs qui sont attendus de chacune d’elles, a précisé la même source.
M. Raouya a, également, présenté les impacts économiques et financiers résultant de la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19 et de la situation du marché international des hydrocarbures, souligne le document, rappelant que cet avant-projet de la LFC 2020 s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’action du Gouvernement et des engagements pris par les pouvoirs publics en matière d’allègement et de simplification des procédures en vue d’améliorer le climat des affaires, de relance de l’investissement, de développement des start-ups et de lutte contre le coronavirus, à travers l’exemption, à titre temporaire, de taxe sur la valeur ajoutée et des droits de douanes, les produits pharmaceutiques et les dispositifs et équipements médicaux, utilisés dans la riposte à la pandémie du Covid-19.
Des mesures sont également prévues au titre du renforcement du pouvoir d’achat des ménages à travers la reconduction de l’abattement de 50% en matière d’IRG et d’IBS, au profit des revenus réalisés dans les régions du Sud.
Pour rappel, l’examen de ce projet devait avoir lieu plus tôt que cette date, mais il a été reporté lors du Conseil des ministres du 22 mars jusqu’à évaluation des répercussions des mesures financières prises au niveau du Gouvernement face au coronavirus, ainsi que l’évolution de la situation dans le monde.