Il aura été le footballeur africain le plus cher de l’histoire pendant une année. Transféré, l’été dernier depuis Leicester City vers Manchester City, contre un chèque de 67.8 millions d’euros, Riyad Mahrez a vu l’Ivoirien Nicolas Pépé lui passer devant en atterrissant à Arsenal contre une indemnité de 80 millions d’euros.

Sacré récemment avec l’équipe nationale à l’issue de la Coupe d’Afrique des nations 2019 (21 juin – 19 juillet) en Egypte, Riyad Mahrez a perdu sa couronne de joueur africain le plus cher de l’histoire au profit de Nicolas Pépé (Côte d’Ivoire). Le fait que ce dernier ne soit pas titulaire indiscutable avec les Ivoiriens et qu’il eut été éliminé dès les quarts de finale par… l’Algérie avec sa sélection ne l’a pas empêché de coiffer au poteau notre talentueux gaucher.
Un Eléphant, ça pèse énormément face à un « Fennec » et ça a été vérifié par le mercato estival qui l’a envoyé depuis le Lille OSC (Ligue 1 française) à Londres où il portera les couleurs d’Arsenal pour une durée de cinq années. Les performances individuelles avec les Lillois la saison écoulée (41 matches, 23 buts, 12 passes décisives), ont convaincu la direction londonienne de mettre le paquet pour signer l’attaquant de 24 ans contre 80 millions d’euros.
Cette somme astronomique représente un record d’achat pour la formation de Londres.
Un montant qui place le deuxième meilleur buteur du championnat de France lors de la saison 2018-2019 au sommet du classement des Africains les plus « bankables » où trônait Riyad Mahrez jusqu’à mercredi dernier. On ne mentionnera pas Cédric Bakambu parti en Chine contre 74.4 millions d’euros parce qu’il n’était pas encore congolais (nationalité sportive) à l’époque. En outre, les Chinois sont réputés pour faire des dépenses extravagantes et, souvent, insignifiantes.

La flambée continue
La tendance du marché des transferts est en train de prendre des proportions stratosphériques d’année en année. Ce qui rend ce type de classements sujets aux modifications fréquentes.
Ainsi, le Dz n’a pas pu résister à cette tendance croissante. Il garde, néanmoins et (probablement) provisoirement, le statut de la recrue la plus chère des Citizens. Pep Guardiola, l’entraîneur des « Sky Blues », n’avait pas hésité à sortir le chéquier pour le faire venir en dépit d’un effectif pléthorique qui compte plusieurs joueurs de renoms. Aussi, à la clé, le capitaine de l’EN, perçoit des indemnités annuelles estimées à 11 millions d’euros. Seuls Kévin De Bruyen (18,7M€), Raheem Sterling (16.4M€) et Sergio Agüero (14,6M€) peuvent se targuer d’être mieux rémunérés que lui.
Loin des chiffres, le numéro 7 d’ « El-Khadra » reste, intrinsèquement, un footballeur d’un niveau technique largement supérieur à Pépé dont les capacités physiques, la vitesse notamment, ont persuadé Unaï Emery de l’enrôler. Un profil très « british » pour un championnat connu pour son intensité.
« Nicolas est un ailier talentueux et coté, qui était recherché par de nombreuses équipes parmi les meilleures en Europe. La signature d’un ailier de haut niveau était l’une de nos priorités dans cette fenêtre de transfert. Je suis ravi qu’il nous rejoigne.
Il ajoutera du rythme, de la puissance et de la créativité à notre équipe », a noté le technicien turc qui pourra compter sur la triplette Lacazette – Aubameyang – Pépé en attaque. En revanche, derrière, ce n’est pas l’assurance tout risque pour son club qui a souvent fait les frais d’une arrière-garde fébrile.