L’écrivain et romancier Djamel Mati était, hier, l’hôte du Centre des arts et de la culture du

Palais des Raïs, pour présenter son dernier ouvrage «Sentiments irradiés» publié tout récemment aux Editions Chihab. Devant une salle pleine, le romancier a parlé de sa dernière fiction dont la toile de fond rappelle les essais nucléaires français dans le Sahara algérien peu avant l’indépendance. Une œuvre qu’il considère comme un «tournant» dans son travail de création littéraire en raison de la nouveauté du thème qu’il aborde. «Il y a des faits et des dates qu’il fallait respecter, l’écriture du livre m’a demandé davantage de rigueur dans la recherche et la documentation», a-t-il dit avant d’aborder les questions posées par le public attentif qui s’est vu gratifié d’une séance de dédicace du roman, disponible en librairie (1 100 DA), accompagnée de discussions sur la littérature algérienne, ses thèmes et ses préoccupations. Nous y reviendrons.n