Par Rouchdi BERRAHMA

Témoignage, enquête, bande dessinée, récit familial ou ouvrage collectif : je vous propose quelques titres sur la guerre d’indépendance paru en 2022, 60 ans après la fin de la guerre.


1- En guerre(s) pour l’Algérie – Raphaëlle Branche (432 pages, Tallandier, février 2022)
La guerre s’est achevée il y a soixante ans en Algérie. Elle a marqué durablement les sociétés française et algérienne et touché directement des millions de personnes. Comment ces Français et ces Algériens ordinaires l’ont-ils vécue ? Quinze femmes et hommes ont accepté de confier leurs souvenirs de jeunesse. Leurs témoignages sont essentiels pour écrire une histoire qui ne soit pas seulement celle des décisions et des grands événements politiques et militaires. Ils éclairent ce que furent des vies simples prises dans la tourmente de la guerre.
Ils étaient appelés du contingent, militaires de carrière, harki ou militants indépendantistes (du FLN et du MNA) en métropole et en Algérie, mais aussi membre de l’OAS, simples civils algériens ou français. Conscients de l’urgence de témoigner, ils racontent la guerre vue d’un appartement d’Alger, d’une usine parisienne, du maquis, d’une caserne. Quelles peurs les habitaient ? Quels dangers ont-ils affrontés ? Quelles étaient aussi les raisons de leur engagement ? Quels étaient leurs espoirs ? Ils répondent à ces questions avec le souci constant de dire au plus vrai, de raconter au plus juste.
Les témoignages ne se situent pas d’un côté ou de l’autre de la Méditerranée. Ils ne sont pas au service d’un groupe de mémoire particulier. Au contraire. Ils permettent d’explorer les multiples facettes de ce conflit complexe où guerre de libération et luttes fratricides se sont mêlées, où destructions et ravages se sont accompagnés d’aspirations au renouveau.

2- Mourir à Sakiet, Enquête sur un appelé dans la guerre d’Algérie – Véronique Gazeau et Tramor Quemeneur (408 pages, PUF, mars 2022)
Le bombardement du village tunisien de Sakiet-Sidi-Youssef le 8 février 1958 fit 70 morts. Il éclipsa l’embuscade tendue le 11 janvier 1958 à la 12e compagnie du 3/23e Régiment d’infanterie par l’Armée de libération nationale sur la frontière algéro-tunisienne. Quatre soldats furent faits prisonniers et quinze perdirent la vie dans des circonstances tues à leurs familles.
Au cœur de l’enquête destinée à décrypter l’embuscade : l’aspirant Bernard Goddet, issu d’une famille chrétienne conservatrice, frais émoulu d’HEC, passé par le stage des EOR à Cherchell, passionné de littérature, de cinéma et d’économie. Mû par un profond intérêt pour l’Algérie, s’interrogeant sur différentes solutions pour mettre fin à la guerre, il demeure partisan de la pacification.
L’ouvrage, fondé sur des archives militaires et diplomatiques, les écrits de l’aspirant et des entretiens avec les appelés du 23e Régiment d’infanterie, interroge les responsabilités de l’opération menée par l’armée française. Il soulève aussi la question des frontières. Ainsi, à la suite de l’embuscade, la France bombarde le village de Sakiet-Sidi-Youssef. Cela entraîne une grave crise, tant internationale (ONU) que nationale, qui se solde par la chute de la IVe République.

3- Appelés d’Algérie – Swann Meralli, Deloupy (128 pages, Marabulles, mars 2022)
Jérôme, lycéen comme tant d’autres, découvre que son grand-père a fait la guerre d’Algérie… Mais ce dernier est victime d’un AVC et sa mémoire lui fait défaut. Le jeune homme réalise alors l’urgence de recueillir la parole des anciens combattants. Le grand-père et le petit-fils vont enquêter, ensemble, pour recoller les morceaux et réunir les souvenirs des hommes que le vétéran a croisée en Algérie…
Par les auteurs d’Algériennes 1954-1962 (Marabout 2018). Ce deuxième volet retrace le parcours d’hommes pendant la guerre d’Algérie, soldats et citoyens, français et algériens en miroir au premier volet qui retraçait le destin des femmes : les personnages sont fictifs mais toujours inspirés de faits réels.

4- Un rêve, deux rives – Nadia Henni-Moulai (256 pages, Slatkine et Cie, août 2021)
«Cette trajectoire moderne d’un colonisé enfiévré par la vie parisienne, par l’alcool et les femmes, ce roman d’un homme de main du FLN, Algérien libre, violent, ouvrier ordinaire, père torturé et époux coriace, charrie toute la complexité de l’Histoire. De mon histoire. Et si ses actes, commis sur le sentier de la liberté, sont aussi le prix à payer pour sa dignité, je les accepte. Peut-être atténueront-ils un peu la portée de ses fautes.»
À partir du silence d’un secret de famille confronté à la vérité crue d’archives d’État, la journaliste Nadia Henni-Moulaï déconstruit le parcours singulier d’Ahmed, son père.
Un récit intime et bouleversant, entre deux rives, qui éclaire d’un jour nouveau la dernière grande séquence coloniale française. Le roman d’un passif. L’Histoire, avec sa grande hache.

5- Aude-là des colères muettes, ouvrage collectif dirigé par Patrick Amand (400 pages, Editions du Caïman, mars 2022)
2022 commémore le 60e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie qui marque une étape dans le processus d’émancipation des territoires coloniaux sous domination française.
La collection Noires Nouvelles, à cette occasion, reste fidèle à sa ligne éditoriale : se remémorer des événements ou des périodes historiques et les revisiter dans la plus pure tradition du polar, celle de la face cachée de l’Histoire, du questionnement politique et artistique. Et sur la décolonisation, il y a matière !
Pour jeter un regard sur la colonisation et la décolonisation en Algérie et ailleurs, le néocolonialisme, les Éditions du Caïman reprennent leur marque de fabrique pour ce 6e recueil : solliciter des auteurs et autrices de polars, des historiennes, des artistes, journalistes, poètes qui, au travers de fictions de recherches historiques, de souvenirs familiaux proposent de jeter un regard critique, mélancolique, acerbe pour interroger cette période. Des dessinateurs et dessinatrices amènent leur vision caustique, drôle et piquante – toujours lucide – sur le sujet en illustrant ces nouvelles. Des documents décalés et originaux sur cette période accompagnent ce nouvel ONLI (objet littéraire non identifié) des Éditions du Caïman.
L’Algérie, ses appelés du contingent au travers d’histoires personnelles très marquées ou de fictions, les combattants du FLN, les Pieds-noirs, tiennent une place prépondérante dans ce recueil. Mais vous découvrirez aussi le colonialisme de l’exposition de 1931, de la Guadeloupe et des bidonvilles de Nanterre, un «recyclage gabonais» ainsi que des personnalités marquantes telle l’Algérienne Maya Malamant et le lieutenant malgache Albert Randriamaromanana.
Parler de la colonisation et de la décolonisation en France en 2022 n’est pas une évidence. Mais comme disait l’autre : «je vous ai compris !».