La vaccination au rythme lent n’est plus tolérée. C’est dans ce sens que le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a donné instruction au ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, cela d’autant que l’Algérie a réceptionné un lot de 170.000 doses de vaccins mercredi dernier, 758.400 doses vendredi et s’apprête à en recevoir 500.000 autres aujourd’hui, portant le total des doses reçues en une semaine à 1.428.400.

PAR INES DALI
«Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a instruit le ministre de la Santé de la Population et de la Réforme hospitalière à l’effet d’intensifier, dès le lundi 24 mai 2021, la campagne de vaccination contre le Covid-19 à travers le territoire national», a indiqué hier un communiqué des services du Premier ministre.
A cet effet, tout en insistant sur «le maintien du cadre réglementaire et logistique mis en place à la faveur de la l’arrêté ministériel n° 2 du 25 janvier 2021», le Premier ministre a rappelé la nécessité de «respecter les critères et les priorités arrêtés en matière de vaccination par le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de Covid-19 et l’autorité sanitaire habilitée», est-il souligné dans le même communiqué.
Par ailleurs, «un effort supplémentaire devra être mis en œuvre en direction des wilayas qui connaissent une augmentation des cas de contamination», est-il précisé de même source. L’instruction du Premier ministre démontre, ainsi, qu’il n’y plus de temps à perdre et qu’il faut absolument aller vers une vaccination qui se fait au compte-goutte.
Les doses sont – enfin ! – disponibles pour dépasser un peu le cap de la vaccination au ralenti. La logistique mise en place et qui est, selon toute vraisemblance, restée longtemps en attente devrait pouvoir être actionnée pour donner un coup d’accélérateur à l’opération vaccinale. Les spécialistes de la santé. Il s’agit, maintenant, de rattraper le temps perdu aussi vite que les moyens le permettent, en commençant par une distribution adéquate des doses, notamment dans les wilayas qui connaissant le plus de contaminations, afin de limiter autant que faire se peut et la propagation de la souche initiale de Covid-19 et de ses trois variants (britannique, nigérian et indien) détectés en Algérie.
Les contaminations sont dans une phase plateau, c’est-à-dire dans une certaine stabilité, et c’est le moment le plus indiqué pour intensifier la vaccination, de l’avis des spécialistes. Ces derniers n’ont eu de cesse de réitérer que la situation de stabilité épidémiologique constitue le moment le plus propice pour vacciner massivement, afin de limiter au maximum la propagation du coronavirus et d’obtenir l’immunité collective.
Les infections au Covid-19 ont encore baissé hier, selon le bilan quotidien. Ce dernier a fait état de 209 nouveaux cas confirmé durant les dernières vingt-quatre heures, contre 217 la veille. Les décès ont connu une très légère hausse, passant à 7 personnes décédées durant les dernières vingt-quatre heures, contre 6 la veille.
Quant aux guérisons, elles se sont établies à 138 malades déclarés complètement rétablis et ayant quitté les structures hospitalières durant les dernières vingt-quatre heures, contre 142 la veille, a-t-on appris dans un communiqué du ministère de la Santé.
Ainsi, le total des cas confirmés de Covid-19 s’élève «126.860 dont 209 nouveaux cas durant les dernières vingt-quatre heures, celui des décès à 3.418 cas, alors que le nombre de patients guéris est passé à 88.346 cas», est-il précisé dans le communiqué.
Il y a lieu de noter, par ailleurs, que le nombre de cas graves de la maladie de Covid-19 a baissé. «Il y actuellement 15 patients en soins intensifs», selon la même source, contre 18 la veille. Concernant la répartition sommaire des cas à travers le territoire national, il est souligné que 23 wilayas n’ont recensé aucun cas durant les dernières vingt-quatre heures, 17 autres ont enregistré de 1 à 9 cas, alors que 8 autres ont enregistré plus de 10 cas.
La situation épidémiologique que «beaucoup de pays nous envient», pour paraphraser les spécialistes de la santé, devrait être «mise à profit pour intensifier la vaccination», du moins avec le plus de 1,4 million de doses disponibles en attendant «un important lot en juin», selon le ministre de la Santé, et en attendant aussi l’entrée en production de l’unité de fabrication du vaccin Sputnik V en septembre prochain.