La révision du code de commerce semble constituer une priorité pour l’Etat avec notamment comme objectif la simplification des conditions accompagnant toute création d’entreprises. Le projet vise également à introduire un système de prévention de nature à permettre un sauvetage des entreprises en difficultés qui ont tendance à devenir nombreuses dans une conjoncture de fragilisation marquée dernièrement par une succession d’alertes. Les péripéties récentes de certaines entreprises publiques et privées ont fait souffler un vent d’inquiétude sur un environnement industriel déjà mal en point. Ce qui conforte une nécessaire remise en l’état d’un secteur important pour l’économie nationale. La révision du code de commerce fait ainsi de fait office de priorité puisque inscrite dans le sillage de la révision constitutionnelle annoncée pour les prochains mois. Il y a visiblement un souci apparent pour une adéquation des lois avec les exigences de la nouvelle étape. Et la construction d’un environnement en accord avec les exigences modernes en termes de management et de marketing. La révision de code de commerce est devenue de fait une priorité décisive afin de simplifier les conditions de création des entreprises, introduire un système de prévention pour sauver les entreprises en difficulté et renforcer les juridictions statuant en matière commerciale, à travers notamment la spécialisation de l’élément humain. Le Code civil et le Code de procédures civiles et administratives seront appelés également à être révisés pour leur concordance au développement de l’économie nationale. Le projet de révision du code de commerce atteste manifestement de l’intérêt qu’accorde l’Etat à l’entreprise, maillon déterminant dans la chaîne économique. En effet l’entreprise dans son environnement économique et juridique ainsi que les conditions de sa création seront de véritables indices sur les véritables intentions de l’Etat quant à la construction d’un avenir économique vertueux.