Erling Haaland a remis ça. Auteur d’un doublé à l’aller, l’attaquant de 20 ans a encore martyrisé le FC Séville avec deux nouveaux buts pour qualifier le Borussia Dortmund en quarts de finale de la C1. Le phénomène norvégien ne cesse de marquer l’histoire avec sa précocité déconcertante et son efficacité détonante. Les superlatifs manquent. Mais l’impression surréelle reste. Match après match, semaine après semaine, Erling Haaland profite de chaque sortie pour faire grandir sa réputation. Et battre des records insolents. A force, on pourrait presque s’y habituer tant cela devient indécent. Et trouver cela normal. Mais ce n’est pas parce qu’il rend commun l’exceptionnel qu’il faut tomber dans cette facilité. Un tel phénomène doit s’apprécier à sa juste mesure. Car il fait partie de ces comètes que le monde du football ne voit passer que très rarement.
Ce mardi, Erling Haaland a ainsi encore fait l’étalage de ses qualités hors-normes de finisseur. Sur sa pelouse du Signal Iduna Park, le Norvégien a planté un nouveau doublé face au Séville (2-2). Un deuxième après celui inscrit à l’aller. Quatre buts en deux matches de huitièmes de finale. Histoire d’afficher 10 réalisations cette saison en Ligue des champions en… six petites rencontres. Une statistique juste ahurissante pour un gamin de 20 ans. Une de plus.

MIEUX QUE RONALDO ET MESSI, ET À PLUS D’UN TITRE
C’est en effet devenu une habitude pour le serial-buteur norvégien depuis son explosion avec le RB Salzbourg il y a un peu plus d’un an maintenant. Mardi, il a tout simplement encore marqué l’histoire de la Ligue des champions : Il est devenu le joueur le plus rapide à atteindre la barre des 20 buts. Et de loin puisqu’il ne lui a fallu que 14 matches, soit 10 de moins que Harry Kane, son dauphin dans ce classement des buteurs précoces.
Il est aussi devenu le premier à inscrire quatre doublés de rang en Ligue des champions. Et là, ce n’est plus question d’âge. Même Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, pourtant si coutumiers des records en tout genre à l’heure d’affoler les compteurs, n’ont jamais réussi une telle prouesse.
Véritable machine à buts, le natif de Leeds ne semble jamais rassasié. Et parvient toujours à trouver la faille pour garder ce rythme endiablé alors qu’il affiche également 19 buts en 19 matches des Bundesliga cette saison. « Je suis fatigué mais c’est vraiment bon d’être qualifiés pour le prochain tour », s’est-il contenté d’expliquer à l’issue de sa nouvelle démonstration avec cette manière bien à lui d’être aussi peu prolixe devant les micros qu’il est redoutable devant un but. Mais en même temps comment lui en vouloir alors qu’il se charge de faire tourner les têtes sur les prés avant. Et puis comment souvent dans ces cas-là, ce sont les autres qui en parlent le mieux.
Ses victimes notamment. « Nous avons été punis par un joueur qui va marquer son époque », a salué Julen Lopetegui, l’entraîneur de Séville. « Il est tout simplement exceptionnel », a ajouté son homologue du Borussia, Edin Terzic. En attendant de voir combien de temps le Borussia pourra garder son extraterrestre de 20 ans, l’ancien adjoint de Lucien Favre commence lui aussi a manqué de superlatifs mais savoure pleinement de profiter des performances de son phénomène de précocité et d’efficacité. Comme tout le monde en fait. n