Alors que le nombre de cas positifs au coronavirus augmente en Europe, l’UEFA a mis en place un protocole sanitaire strict pour permettre à l’édition 2020-2021 de la Ligue des champions d’aller à son terme. Malgré la recrudescence des cas de coronavirus en Europe, l’UEFA se prépare à organiser l’édition 2020-2021 de la Ligue des champions, qui sera forcément inédite. Comme le révèle L’Equipe, ce lundi, l’organisme européen a préparé un protocole strict pour que la compétition aille à son terme tout en conservant son format initial. A chaque rencontre, l’idée sera de créer une bulle sanitaire. Avant chaque déplacement, des tests seront obligatoires deux ou trois jours avant le match pour toute la délégation : des joueurs à l’ensemble des dirigeants.
Un arbitre local pour l’urgence
Alors que les vols et les hôtels seront privatisés, chaque stade de C1 devra être totalement hermétique aux personnes positives au Covid-19. Sur la pelouse, « un match pourra se tenir si treize joueurs ou plus de la liste A (de 25 noms), dont un gardien au minimum, sont disponibles », précise l’UEFA à L’Equipe. En cas de force majeur, l’organisme européen assure qu’un arbitre local pourrait être appelé pour diriger la rencontre en cas de test positif du titulaire du poste.
Par ailleurs, deux raisons pourraient forcer l’UEFA à donner match gagné sur tapis vert (3-0) : si le repli dans un autre stade est impossible et si un club omet d’informer l’administration de l’UEFA de toute restriction susceptible d’affecter l’organisation d’un match. Le protocole imaginé par l’UEFA est donc strict. Mais c’est le prix à payer pour aller au bout de l’édition 2020-2021 en temps de rebond de la pandémie. n