Il y a 6 jours, le Paris Saint-Germain était parti s’imposer 3 buts à 2 en Allemagne chez le Bayern Munich en quart de finale « retour ». Fort logiquement, les Français se retrouvent en ballotage favorable pour la manche « retour » ce soir (20h) au Parc des Princes. Toutefois, les Bavarois, champions en titre, ne comptent pas céder leur couronne facilement. Ce qui laisse augurer d’un match spectaculaire.

Par Mohamed Touileb
D’un réalisme froid et grâce à un grand gardien, Keylor Navas en l’occurrence, les Parisiens ont pu battre les Bavarois le 07 avril dernier. Ainsi, ils avaient mis fin à une série d’invincibilité de 19 rencontres consécutives sans défaites (17 victoires et 2 nuls) en C1 pour les Allemands. Après la partie, les Munichois étaient logiquement frustrés sachant qu’ils ont eu 31 frappes dont 13 cadrées et n’ont fait mouche que 2 fois. Parallèlement, les camarades de Kylian Mbappé ont eu 4 tirs entre les poteaux dont 3 qui sont allés au fond des filets de Manuel Neuer. Clinique.

Courir derrière le retard
Ce scénario avait provoqué de l’amertume chez les champions d’Europe en titre qui n’ont pas trop aimé que la chance leur tourne autant le dos malgré le bon nombre d’occasions qu’ils se sont créées. « On peut toujours discuter des buts que nous avons encaissés, mais notre jeu c’est de marquer. Si on gagne 5-3 ou 6-3, ce n’est plus la même histoire », avait lâché Thomas Müller, un taulier du vestiaire du Bayern. L’attaquant s’était projeté sur ce second acte dans la capitale de la France en indiquant que « maintenant il va nous falloir courir derrière ce retard, c’est clair.»
En gros, l’un des buteurs historique de la Coupe du Monde avec 10 pions sait qu’il faudra se montrer plus adroit devant le but pour le duel de ce soir. Problème, Robert Lewandowski, baroudeur providentiel dans le onze de Flick sera, encore une fois, absent car pas remis complètement de sa blessure au genou. C’est une arme en moins pour les Allemands qui sont, néanmoins, capables de malmener Neymar & cie. Surtout quand on se rappelle les flottements récurrents dans la défense des champions de France sortant.

Verratti en stabilisateur
Par ailleurs, il y a cet acte II contre le FC Barcelone en l’équipe avait concédé nombreuses occasions. « Il manque le retour maintenant. Nous devons aborder le match retour différemment, pour savoir mieux le gérer que lorsque nous avons rencontré Barcelone », s’était rappelé Leonard, directeur sportif du PSG.
Pour chasser quelque peu les doutes, il y a ce fait rassurant et important pour Mauricio Pochettino qui pourra compter sur Marco Verratti pour donner plus de stabilité à l’entrejeu où l’adversaire a montré une ultra-domination à Munich. In fine, notons que dans l’autre affrontement de la soirée, Chelsea foulera le terrain de Stamford Bridge avec un avantage de deux buts acquis à l’ « aller » au Portugal contre le FC Porto (0-2).
Naturellement, les Londoniens ont fait la moitié du chemin pour rallier les demies. Malgré cela, il faudra faire attention aux Portugais qui ont sorti la Juventus Turin de Cristiano Ronaldo lors du tour précédant.