A priori, pour le Bayern Munich, ce duel face à l’Olympique lyonnais a tout d’une formalité. Mais, en faisant sortir Manchester City, les coéquipiers de Houssem Aouar ont montré que le football n’obéit à aucune rationalité. Ce soir (20h) à l’Estádio José Alvalade, face aux Bavarois, les Français se mesureront à un ogre européen qui a laminé le FC Barcelone (8-2) n’en faisant qu’une bouchée. Certes, l’opposition paraît bien déséquilibrée. Mais…

Par Mohamed Touileb
Les pronostics donnent clairement les Allemands, qui disputent leur 7e demi-finale sur les 9 dernières éditions, favoris dans une opposition qui semble dans leurs cordes. Surtout après ce qu’ils ont montré en quart de finale lorsqu’ils ont désintégré le « Barça » de Lionel Messi. Les Munichois ont laissé une très grosse impression endossant, fort logiquement, le statut d’ultra-favoris.
Cependant, rigueur et sérieux allemands obligent, les camarades de Thomas Müller savent que leurs adversaires du soir ne sont pas à prendre à la légère. Surtout après avoir vu que Maxwell Cornet & cie ont éliminé les « Citizens », qui faisaient offices de candidat aux sacre, lors de l’étape précédente. Les poulains de Pep Guardiola ont, à contre toute attente, pris la porte en s’inclinant 3 buts à 1. Défaite infligée par des « Gones » qui ont fait preuve de beaucoup de hargne et de discipline. Deux qualités qui leur ont permis de rallier le dernier carré de la C1 pour la première fois dans l’histoire du club.
La broyeuse « germanique »
L’effet de surprise ne pourra donc pas trop peser. D’autant plus que les octuples champions d’Allemagne sortants ont certainement retenu la leçon infligée aux Mancuniens lors de laa défunte étape par des Lyonnais qui joueront certainement sans pression. La troupe à Hans-Dieter Flick devra faire le jeu car elle sera le parti fort dans cette empoignade. Du moins sur le papier et après tout ce qu’elle montre depuis l’arrivée du nouvel entraîneur. Sou sa coupe, Robert Lewandowski, qui a empilé 14 réalisations depuis le début du tournoi et vise le record de CR7 (17 pions) sur une édition, & cie restent sur une série de 20 victoires de suites toutes compétitions réunies.
Depuis que Flick à succédé à Niko Kovac le 4 novembre dernier, le bilan est tout juste impressionnant : 33 succès pour 2 petites défaites et 1 nul. Une vraie machine à broyer la concurrence. D’ailleurs, les « Blaugrana », avec leur aura et avant eux Chelsea, ont été surclassés par le Bayern. Le coach ne s’enflamme pas pour autant. « Oui, on peut dire que c’est un signal aux adversaires, mais maintenant nous avons un autre match devant nous, qui débutera à 0-0 », a averti l’ex-adjoint de Joachim Löw sur le banc de la « Mannschaft » lors du sacre en Coupe du Monde 2014 au Brésil.
Aulas croit
au miracle
Côté Frenchy, Jean-Michel Aulas, président de l’OL, ne veut pas penser que son team est une sera une victime expiatoire après les deux gros exploits face à la Juventus Turin et City. « C’est difficile d’anticiper les choses. Ce que l’équipe et le staff ont réussi contre la Juve et City, est déjà exceptionnel. Il nous reste une chance sur quatre, mais nos analystes me disent qu’on est plutôt passé de 0,5 à 2%, voire 4 », ironise-t-il en ajoutant qu’ « il faut rester humble, mais avoir la foi et la confiance pour renverser les montagnes, en imaginant que le Bayern qui a étrillé Barcelone puisse se prendre les pieds dans le tapis contre nous.»
Tout reste à faire dans 90 minutes qui devraient se jouer sur un rythme effréné. Avec un jour de récupération en moins, les Olympiens risquent de pâtir de l’impact physique. Toutefois, mentalement, ils ont été solides face aux Mancuniens. Il faut le souligner. n