Trois tickets pour le carré d’as restent en jeu dans le « Final 8 » de Champions League version 2019-2020. En attendant le gros choc de samedi (20h) entre le Bayern Munich et le FC Barcelone, le RB Leipzig et l’Atlético Madrid vont en découdre ce soir au stade Alvalade de Lisbonne (Portugal). Ce duel hispano-allemand donne la boule au ventre à l’UEFA sachant que les Madrilènes comptaient 2 joueurs testés positifs à la Covid-19.

Si les concernés, à savoir le Croate Sime Vrsaljko et l’Argentin Angel Correa, n’ont pas fait le voyage avec l’équipe, la peur que le virus se soit déjà transmis à leurs coéquipiers et les 93 membres de la délégation espagnole reste là. Malgré ce risque, l’UEFA a maintenu la rencontre à sa date initiale. Ainsi, les « Colchoneros », qui ont sorti Liverpool, tenant du titre, lors du tour précédent chercheront à passer l’écueil des hommes de Julian Nagelsmann.
Ces derniers ont, sans véritables encombres, éliminé un autre club anglais, Tottenham Hotspurs en l’occurrence, après être parti l’emporter 1 but à 0 à Londres puis s’imposer (3-0) à la Red Bull Arena. Toutefois, pour cette explication, le team qui a terminé 3e de la Bundesliga derrière le Bayern Munich et le Borussia Dortmund sera privé de son attaquant vedette Timo Werner transféré à Chelsea. Une arme offensive de moins pour les Lipsiens. Ce duel reste ouvert sur tous les pronostics avec un léger avantage pour les « Rojiblancos » qui sont plus expérimentés en C1. C’est simple, les poulains de Diego Simeone ont disputé 5 finales européennes lors des 10 dernières années (3 en Ligue Europa et 2 en Ligue des Champions UEFA). Sacré CV.
City – OL : pas une formalité
Demain, à la même heure au stade de la Lumière du Benfica, un autre favori en force essayera de rejoindre le dernier carré. Il s’agit de Manchester City pour lequel joue l’international Riyad Mahrez. Qualifiés pour ce tour après avoir sorti le mastodonte Real Madrid (1-2 à l’aller et 2-1 au retour pour un score cumulé de 4-2) qui compte 13 consécrations en la matière, les Citizens sont devant une belle occasion pour se hisser à l’avant-dernière étape et rêver de se poser sur le toit de l’Europe pour la première fois dans leur histoire.
Non-utilisé lors de l’acte II contre la « Maison Blanche », Mahrez devrait avoir du temps de jeu face à l’Olympique lyonnais demain. La tendance est pour le voir être aligné d’entrée contre les « Gones » surprenants tombeurs, avant ce round, de la Juventus Turin. Les italiens étaient pourtant emmenés par Cristiano Ronaldo goleador légendaire de C1. Ainsi, le « Fennec » et ses camarades devront se méfier des Français qui joueront certainement décomplexés car ils ne seront pas dans la peau du favori.

Guardiola s’en souvient…
Aussi, on notera qu’en 2018, les deux clubs s’étaient croisés dans cette même épreuve lors de la phase de groupes. A l’époque, les coéquipiers de Memphis Depay s’étaient très bien débrouillés en allant s’imposer (1-2) en Angleterre puis faire le nul (2-2) à domicile. L’entraîneur des Mancuniens, Pep Guardiola, s’en souvient : « Lyon est là. La saison dernière, nous avons joué contre eux et nous avons perdu puis fait match nul. Nous n’avons pas pu les battre, c’est ça la réalité. Je me souviens de l’aspect physique auquel nous avons eu à faire face. Rudi Garcia connaît très bien son équipe. Je connais les qualités de cet entraîneur, qui a entraîné dans plusieurs pays.»
Le technicien espagnol sait que la bataille s’annonce rude. Sur un match sec, tout peut se passer. Pour Mahrez, il est devant une belle occasion pour briller. En LDC, il a fait 6 apparitions sur 8 possibles en marquant un but et délivrant 4 passes décisives. Confronté à une rude concurrence avec les Bernardo Silva et Phil Foden, il doit briller pour se maintenir à flot et dans les plans de son driver.
Barça – Bayern : finale avant la lettre
En cas de qualification en demi-finale, Mahrez les « Skyblues » retrouveront le vainqueur de Barça – Bayern programmé samedi (20h). Une affiche qui mettra aux prises deux teams qui ont remporté le trophée à 5 reprises chacun. Comme chaque année, Bavarois et Catalans font offices d’archi-favoris. Les Munichois sont très habitués à atteindre les stades avancés dans la messe européenne de football interclubs. Sur les 8 dernières séquences, le géant allemand, encore une fois champion en Bundesliga, a atteint le « Top 4 » en Europe à 6 reprises pour deux finales jouées et une gagnée.
Emmenée par un Robert Lewandowski en feu cette saison (53 buts et 8 offrandes en 53 rencontres), la formation de la Bavière présente de sérieux arguments pour passer n’importe quel adversaire. Le Polonais en est à 13 réalisations dans le tournoi. Il a le record de CR7 (17 pions) sur une édition en ligne de mire. Pour cela, il faudra qu’il prolonge l’aventure en évinçant un Barça qui compte le géanial Lionel Messi dans ses rangs.
La Pulga (3 buts et 4 passes D en 7 matchs européens) a été étincelant en quarts de finale face au Napoli SSC et a joué un rôle majeur dans la qualification des « Blaugrana » (1-1 à l’aller et 3-1 au retour). Les vice-champions en Liga, éliminés en demi-finale lors de la défunte séquences par les Reds, essaieront de passer l’obstacle du Bayern. Messi, deuxième meilleur buteur dans l’histoire de la Coupe d’Europe (113 unités) derrière Cristiano Ronaldo (131), sera attendu pour montrer le chemin aux siens. Cette explication prestigieuse sera le clou du spectacle de ces quarts de finale inédits dans un contexte spécial. n

Suite et fin
des quarts de finale (20h):
Ce soir, stade Alvalade :
RB Leipzig (All) – Atlético Madrid (Esp)
Demain, stade du Benfica : Manchester City (Ang) – Olympique Lyonnais (Fra)
Samedi 15 août, stade Alvalade :
FC Barcelone (Esp) – Bayern Munich (All)