«Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé.» Cette maxime empruntée à Alphonse de Lamartine sied très bien au Real Madrid. Enfin, pas tout à fait. Il s’agit en réalité de deux joueurs qui manqueront au Real Madrid lors du 8e de finale retour de Ligue des Champions face au PSG. Logiquement battus au Parc des Princes (1-0) par le club français, les Merengues devront faire sans Casemiro, ni Ferland Mendy, avertis et suspendus dans trois semaines au Santiago-Bernabéu. «Nous avions deux joueurs sous le coup d’un carton jaune et ils sont tous les deux tombés. Ces deux cartons semblent être un peu offerts, c’est ce que j’ai dit à l’arbitre. Mais nous allons bien les remplacer», assurait Carlo Ancelotti en conférence de presse après la défaite de son équipe, pensant sans doute à Federico Valverde au milieu de terrain. Casemiro a même frôlé la correctionnelle car sur la même action où sa semelle sur Paredes fut sanctionnée par Daniele Orsato, il s’en prenait à l’Argentin en le saisissant par la gorge…

Comment faire sans Casemiro et Mendy ?
On pourrait se dire qu’un club comme le Real Madrid devrait pouvoir pallier l’absence de deux de ses titulaires mais ça serait un peu trop simple à résumer. Le Brésilien et le français sont des membres importants du dispositif de Carlo Ancelotti. Le premier accomplit le sale boulot au milieu de terrain et permet de nettoyer les zones autour de Tony Kroos et de Luka Modric, en plus d’abattre un gros travail de pressing, quand le second offre un sacré panache dans le couloir gauche. «Je savais que si je prenais un carton jaune, je ne jouerai pas le match retour. Je sais qu’il y a faute même si je prends le ballon avant, je mets une bonne semelle», pestait l’ancien Lyonnais après la rencontre. Pour le remplacer, deux solutions s’offrent à Ancelotti avec Nacho et Marcelo. Le premier est défenseur central de formation mais joue parfaitement le rôle de couteau suisse derrière, quand le second arrive en bout de course et aura sans doute du mal à répondre aux montées d’Hakimi.

Un manque de profondeur de banc
Pour ne rien arranger, le technicien italien devra également trouver des réponses tactiques pour remonter à minima le but de retard qu’il aura dans trois semaines. L’animation globale a laissé à désirer et les solutions vont manquer en l’absence des deux suspendus.
Côté droit par exemple, Carvajal a terriblement souffert face au duo Nuno Mendes-Mbappé, tandis que devant, le trio offensif n’a pas existé. Rodrygo semble encore tendre, alors que Hazard et Bale sont devenus les ombres des joueurs qu’ils ont été. Il faudra pourtant remonter un handicap pour se qualifier.