Beaucoup le voient déjà évoluer, un cran au-dessus d’Ismaël Bennacer, dans l’entre jeu de l’EN. Encore une fois, les Algériens ont pu voir ce dont Houssem Aouar est capable de faire avec le ballon. Justesse, lucidité et très peu de déchets pour animer le jeu de l’Olympique lyonnais, samedi, lors du quart de finale de Ligue des Champions face à Manchester City, le Franco-algérien a été brillant. Même le génial Kevin De Bruyne n’est pas resté indifférent à sa prestation.

« Comme équipe, les Lyonnais jouent très bien, estime le milieu de terrain belge. Je ne regarde pas beaucoup le football français, ni en Angleterre. Mais si je dois dire un nom, pour moi c’est Houssem Aouar. Aujourd’hui, il a fait un bon match », cette déclaration émane de la bouche de Kevin De Bruyne qui fait parties des as du secteur médian dans le football cirucus.
Elle en dit long sur le talent d’Aouar et sa clairvoyance. A 22 ans, il est en train de connaître une saison pleine avec les Lyonnais (9 buts et 7 passes décisives en 40 apparitions toutes compétitions réunies). Certes, depuis 3 exercices maintenant, il est constamment aligné. Mais c’est cette année que son jeu semble arriver à maturité. Ça lui a notamment valu l’intérêt de Didier Deschamps, sélectionneur de l’équipe de France « senior », qui lui avait déjà envoyé une convocation pour suppléer la blessure de Paul Pogba en septembre dernier. Elle était restée sans suite car le petit prodige avait, lui aussi, un pépin physique.

Un top club dès cet été ?
Cela fait 4 années maintenant que le « Gone » a été promu en équipe première. Le centre de formation de l’OL a une réputation certaine de sortir des joueurs de talents. Aouar en fait clairement partie. Et, fort logiquement, il attise les convoitises des grands clubs du Vieux Continent. Aux dernières nouvelles, la Juventus Turin et Manchester City sont prêts à s’attabler pour négociations. Beaucoup d’indices le donne sortant dès ce mercato.
Rudi Garcia, son entraîneur, semble résigné à cette idée qu’il veut prendre sur un ton de rigolade : « il sait qu’il peut partir si on gagne la Ligue des Champions », a lâché son driver la veille de l’explication face aux « Citizens ». Lors de cette bataille ardue avec les Anglais, celui que Djamel Belmadi, sélectionneur de l’Algérie, a toujours suivi avec intérêt a laissé s’exprimer son sens indéniable du jeu.
Même s’il a été le dépositaire du jeu d’un onze qui a joué très bas, Aouar a bonifié nombreux ballons. Il a notamment pu fluidifier le jeu, faire de la conservation mais, et c’est la cerise sur le gâteau, mettre Moussa Dembélé sur orbite pour le second but de son équipe. Au total : le « Bleuets », qui a pris part à l’EURO-2019 « espoirs » avec la France au moment où les Algériens disputaient et remportaient la CAN-2019 en Egypte, a touché 47 ballons pour 16 perdus seulement et un pourcentage de passes réussites de 61.9%.

Belmadi le suit
Beaucoup vont penser que les pertes de balles sont conséquentes. Néanmoins, il faut souligner que quand on joue face aux « Skyblues » et leur pressing très haut, il n’est pas évident de faire mieux. En tout cas, sur la globalité de sa prestation, celui qui a fait ses premiers pas à l’AS Villeurbanne (2006-2009) a tiré son épingle du jeu.
Naturellement, à partir du moment où il n’a toujours pas joué avec l’EDF « A », il y a chance de le voir porter la tunique de « Verts ». Malgré la tentation française qui sera significative et compréhensible sachant que les « Bleus » sont champions du monde en titre, Belmadi a prévu de tenter le coup avec le prodige du milieu de terrain.
« Aouar ? Ça fait un moment que je le suis de manière directe ou indirecte. Bien sûr qu’on le suit depuis 3 mois, maintenant bien sûr qu’on va s’asseoir, on va discuter et expliquer les choses. Après on va voir le discours qu’on aura en face. Maintenant, si on sent qu’il a l’envie de jouer pour son pays d’origine on avancera d’un pas, mais s’il ne se sent pas concerné, on passera à autre chose. Bien sûr, on souhaite qu’un joueur comme Houssem, qui est une valeur ajoutée, soit avec nous», avait-il déclaré en décembre dernier.

Aulas en opposition
Depuis, il n’y a pas eu de date FIFA en raison du Coronavirus. On ne peut pas trop savoir la tendance chez le concerné. Mais il est certain que Deschamps lui fera appel afin de le faire jouer et le rendre international français de manière officiel. Ainsi, il barrera définitivement la route qui mène vers les champions d’Afrique. « Si Didier Deschamps veut le bloquer par rapport à la sélection algérienne, il peut faire des choses… Je suis heureux pour lui car c’est un pur talent qui vient de l’Academy. J’ai vraiment envie qu’il réussisse jusqu’au bout, peu importe ses orientations en matière de sélection, et qu’il reste à l’OL », avait lâché son président Jean-Michel Aulas.
En décrypté, le chairman de l’OL voulait dire que la France a la main. Donc l’avantage. Cela reste à voir pour un Aouar qui est très proche de… Karim Benzema désormais fervent supporter de l’Algérie après avoir être sorti par la petite porte en équipe de France. Aussi, il y a la trajectoire de Nabil Fékir qui avait opté pour la France au lieu de l’Algérie. Et on ne peut pas dire que ça l’a franchement aidé pour booster sa carrière.
Aujourd’hui, le gaucher joue pour le Betis Séville, club moyen de Liga. Tous ces éléments pourraient peser dans le choix de Houssem qui semble assez mature pour prendre la meilleure des décisions. Affaire à suivre