Et si le Bayern Munich était de retour en grande pompe sur la scène européenne ? Ayant glané son dernier trophée de la Ligue des champions en 2013, le champion allemand a brillé dès ces phases de poules de la C1. Eliminés dès les huitièmes de finale de la compétition l’an passé face à Liverpool, les Bavarois retrouvent pour la phase de cette édition, un adversaire bien connu dans son histoire européenne à savoir, Chelsea. Voici les 5 raisons de croire à la qualification du Bayern Munich !

Préparé en Bundesliga
Certes, les Bavarois sont actuellement à la place de leader de Bundesliga. Cependant, le club munichois est sous la pression d’une grande compétitivité en cette édition 2019-2020. En effet, le RB Leipzig, le Borussia Dortmund et même le Borussia Mönchengladbach ne sont à quelques points du champion allemand de l’an passé.
Malgré cela, le championnat est encore long et le match nul face à Leipzig le 09 février dernier (0-0), montre l’adversité à laquelle doit faire face cette saison le Bayern Munich. Contesté en championnat, le club allemand semble être bien préparé pour les prochaines échéances européennes et pourrait d’ailleurs se focaliser un peu plus sur la C1 au détriment du championnat. De plus, une deuxième élimination en huitièmes de finale de la compétition face à un autre club anglais après Liverpool pourrait être mal vue de la part des dirigeants bavarois. Il s’agissait de la plus précoce du club après celle face à l’Inter Milan en 2010-2011.

Intraitable durant les phases de poules
Malgré ce début de saison compliqué en championnat, le Bayern Munich a démarré ces phases de poules de la Ligue des champions sur les chapeaux de roues. Le club de la Bavière a terminé en tête du groupe B, remportant les 6 rencontres disputées dont un succès large à Tottenham sur le score de 2-7, le 1er octobre dernier ou encore un succès sur la pelouse de l’Étoile Rouge de Belgrade acquis sur le score de 0-6, le 26 novembre dernier.
Un sans-faute réussi par seulement quelques équipes. En effet, seulement cinq clubs ont accompli cette prouesse dans l’histoire de la compétition dont l’AC Milan en 1993, le PSG en 1995, le Spartak Moscou en 1996, le FC Barcelone en 2003 et le Real Madrid, en 2012 et 2015. Ajoutons à cela, un statut de meilleure attaque de la phase de groupes de l’édition 2019-2020 porté par l’actuel meilleur buteur en C1, Robert Lewandowski (10 buts). A l’inverse, ce fut beaucoup plus laborieux pour les Blues de Chelsea qualifiés in extremis et ayant terminé à la seconde place du groupe H avec 3 victoires, 2 matches nuls et 1 défaite.

Seigneur Lewandowski
Malgré des difficultés en ce début de saison 2019-2020, un joueur continue de tirer vers les sommets les Bavarois. Il s’agit de Robert Lewandowski. L’international polonais sera certainement le principal danger pour les hommes de Frank Lampard. Meilleur buteur de Ligue des champions (10 buts) et troisième meilleur buteur des 5 grands championnats européens avec 23 réalisations, l’ancien pensionnaire du Borussia Dortmund réalise une saison tout simplement incroyable comptabilisant 36 buts en 31 matches toutes compétitions confondues.
Son quadruplé face au Real Madrid en 48 minutes lors des demi-finales de la Ligue des champions et son improbable quintuplé face à Wolsburg (2015) en cinq minutes, en dit long sur sa capacité à se sublimer durant une rencontre et son instinct de buteur.
Face à l’Étoile Rouge de Belgrade, il avait d’ailleurs inscrit le quadruplé le plus rapide de l’histoire cette saison en Champions League. Une performance qui avait permis au Bayern Munich de s’imposer en déplacement sur le score large de 0-6 (26 novembre) et pour la 20e fois par au moins cinq buts dans une rencontre de C1. Jamais loin des Messi et Ronaldo en terme de statistiques, le buteur munichois n’est d’ailleurs qu’à 7 buts de sa saison 2016-2017. A l’époque, ce dernier avait atteint la barre des 43 buts en 47 matches disputés.

Invincible à l’extérieur
Le club allemand part déjà favori dès le huitième de finale aller ! En effet, l’équipe menée par «Hansi» Flick est invaincue lors de ses 12 derniers déplacements en Europe avec 9 victoires et 3 matches nuls.
De plus, elle a inscrit au minimum 2 buts lors ces dernières sorties en excluant le match face à Liverpool, l’an passé (0-0). En plus d’être actuellement invaincu à l’extérieur, le Bayern Munich prend très peu de buts lors de ses dernières rencontres en déplacement. Manuel Neuer reste sur une série de quatre clean sheets lors de ses sept derniers matches. Côté Blues, accueillir son adversaire à Stamford Bridge n’est pas forcément synonyme de victoire. Le club londonien n’a gagné qu’une seule fois à domicile durant les phases de poules de la Ligue des champions
(1 victoire, 1 nul et 1 défaite). Une statistique qui a de quoi inquiéter face à la meilleure attaque de cette édition. Ainsi, le club de la Bavière semble être en pole position pour s’imposer en terre anglaise avant de finir le travail à l’Allianz Arena.

Un parfum de revanche
Quelle histoire en C1 entre les Blues et les Bavarois ! Avant leur opposition, les Blues restent sur trois éliminations en huitièmes de finale de la C1 tandis que le Bayern Munich reste sur une élimination à ce même stade de la compétition, par un autre club de Premier League, Liverpool. Leur premier affrontement lors des quarts de finale de l’édition 2004-2005, avait vu l’équipe de José Mourinho à l’époque s’imposer sur le score cumulé de 6-5 face au Bayern de Felix Magath.
Mais la rencontre historique entre ces deux clubs datent des années 2010. L’Allianz Arena se souvient encore de la désillusion de la finale de 2012. A cette époque, Frank Lampard portait le brassard de capitaine sous les ordres de Roberto Di Matteo face à une équipe bavaroise entraînée par Jupp Heynckes. A Munich, Thomas Müller pensait marquer le but de la victoire à la 83e avant l’égalisation de Didier Drogba, cinq minutes plus tard. Dans les prolongations, Petr Cech stoppait un penalty d’Arjen Robben avant que son équipe s’impose aux tirs au but.
L’année suivante le club allemand remportait la Super Coupe de l’UEFA (2013) face au même adversaire encore une fois au terme des tirs au but (2-2, TAB 5-4). Quelques années plus tard, le même Frank Lampard ayant soulevé la coupe aux grandes oreilles en 2012 devant des Allemands effondrés est entraîneur de Chelsea. Nul doute que Thomas Müller et Manuel Neuer présents sur la pelouse ce soir-là, auront à cœur de se venger.