En allant ramener le nul (1/1) du Bénin samedi dernier face aux Buffles de Borgou, le MC Alger s’est mis en ballotage favorable avant le second acte qui se tiendra demain (15h) au stade 5 Juillet 1962 (Alger). Malgré cela, le joueurs du « Doyen » doivent rester vigilants pour le second acte, comptant pour le tour préliminaire, afin d’éviter toute mauvaise surprise et se qualifier à la prochaine étape. D’autant plus que leurs adversaires du jour ont laissé planer le doute sur leur venue en Algérie. Ce qui pourrait déconcentrer les poulains de Nabil Neghiz.

La victoire est un impératif pour le « Mouloudia » afin de marquer son territoire dans la compétition phare en Afrique. L’objectif sera de se hisser au premier tour avant de penser à intégrer l’un des 4 groupes de la 57e édition de la Ligue des Champions CAF dans laquelle la succession d’Al Ahly SC, récemment sacré contre le Zamalek SC dans une finale 100% égyptienne, est ouverte depuis la semaine passée. Les Mouloudéens auraient certainement pu aborder ce duel face aux Béninois dans une meilleure posture s’ils s’étaient parvenu à préserver l’avantage lors de l’ « acte I » joué il y a 6 jours. Mais les Algérois ont craqué dans les 20 dernières minutes en voyant Muyiwa Adeola Fehintola niveler marque (1/1) à la 71e minute. Une réalisation qui laisse l’espoir de qualification quasi-équitable pour les deux prétendants du jour.

Neghiz confiant pour la qualif’
L’entraîneur Nabil Neghiz sait pertinemment que cette égalisation change considérablement la donne pour cet affrontement au temple olympique. « Nous aurions pu gagner cette première manche, nous avons manqué d’efficacité. C’est dur de retrouver la compétition après huit mois d’inactivité. Désormais, nous avons notre idée sur l’adversaire », reconnaît l’ex-adjoint de Christian Gourcuff en équipe nationale qui assure, néanmoins, que « la qualification ne nous échappera pas.» En tout cas, tout autre résultat que la qualification constituera une véritable désillusion pour les « Vert et Rouge » qui misent beaucoup sur cette épreuve afin d’essayer de retrouver le lustre d’antan. Le team de la capitale a déjà décroché la couronne continentale. Mais cela remonte à bien longtemps. C’était en 1976 pour la seule et unique consécration dans ce registre. La SONATRACH, actionnaire majoritaire du MCA, fait de la C1 africaine un des objectifs majeurs.

Victoire par forfait ?
Les camarades de Nabil Lamara, qui sera opérationnel pour ce match « retour » après avoir manqué l’ « aller » en raison d’un test COVID-19 défaillant qui a fait de lui un « faux positif », devrait retrouver le flanc gauche de la défense. A moins que son entraîneur n’opte pour le même onze qui a joué samedi écoulé. En tout cas, quelle que soit la composante du jour, la mission restera la même : décrocher le ticket pour prolonger la campagne et être parmi les 16 prétendants finaux pour le tant prisé trophée. Dans cette mission, les Mouloudéens seront accompagnés d’une autre équipe algérienne. Il s’agit du rival, le CR Belouizdad, qui sera, quant à lui, en appel au Caire (Egypte) dimanche prochain, pour donner la réplique aux Libyens d’Al-Nasr contraint d’évoluer loin de la maison en raison du contexte sécuritaire compliqué. Pour rappel, le « Chabab » s’est imposé (2/0) lors de la première manche à Alger. C’est pour dire que les Belouizdadis ont déjà un pied dans la prochaine étape. In fine, soulignons que les dirigeants des Buffles du Borgou n’ont pas informé le directoire du MCA de leur arrivée qui pourrait être compromise : « A l’heure actuelle, le club béninois ne nous a rien transmis concernant son arrivée à Alger.
On les a attendus aujourd’hui en provenance de Paris, mais ils ne sont pas venus, contrairement au trio arbitral égyptien. Nous n’avons rien compris dans cette histoire, j’ai eu vent des difficultés qu’ils ont rencontrées pour effectuer le voyage », a révélé Abdenacer Almas, président du CA. Du bluff ou les prémices d’un forfait ? Cela reste à voir. n