Parti en Tunisie avec un sérieux avantage après le succès 2 buts à 0 lors du quart de finale « aller » à domicile, le CR Belouizdad a été renversé par l’ES Tunis (2-0/3 t.a.b 2) lors de la manche « retour » jouée samedi à Radès (Tunis). Une véritable contreperformance pour les Algériens qui ont laissé filer le ticket pour le carré d’as sans avoir jouer pleinement leurs chances. L’approche de la rencontre et le rendement y sont pour beaucoup dans ce qui ressemble à un véritable auto-sabordage.

Par Mohamed Touileb
Le « Chabab » devait terminer le boulot chez les Espérantistes. Marquer un seul but aurait probablement suffi pour terrasser les derniers espoirs des Tunisois. Mais les Algérois ont failli. Parce qu’ils ont opté pour préserver l’avantage de l’acte I avec un schéma ultradéfensif. Une tactique très risquée contre un adversaire qui a cru en la qualification malgré le handicap concédé il y a une semaine au stade 5 juillet 1962 (Alger).

L’approche manquée de l’acte II
Les remords, les Belouizdadis en auront forcément. Le rendez-vous, ils l’ont raté. D’une manière flagrante. Les stat’ sont sans appel pour prouver que le « Taraji » a outrageusement (74% de possession de balle contre 24%) dominé le team de Laâquiba. Ce dernier a choisi de se retrancher et jouer très bas conte une Espérance qui a cru en ses chances de revenir dans la partie jusqu’au derniers instants comme le prouve le break fait par Mohamed Ali Ben Romdhane à 3 minutes de la fin du temps réglementaire. Une réalisation qui a permis aux siens de décrocher la série des tirs au but.
La roulette russe a été fatale pour le CRB qui a, comme pour le match, montré trop d’approximations dans l’exercice pour exploiter ce qui ressemblait à un sursis inespéré. Même le leader technique de l’équipe, Amir Saâyoud, a manqué sa tentative. Révélateur !
Cette explication dans la capitale tunisienne a été prise par le mauvais bout et s’est soldée, fort logiquement, par un revers et une fin d’aventure assez brutale. Surtout que les supporters semblaient avoir confiance en les Champions d’Algérie sortants. Forcément, la déception était grande comme les espoirs placés en Bouchar & cie.

Des éliminations qui soulagent l’agenda de Ligue 1
A l’instar des « Rouge et Blanc », le MC Alger a, lui aussi, été sorti par le WA Casablanca (1-1 à l’aller/1-0 au retour ». Les deux représentants algériens n’iront pas plus loin que les quarts de finale dans l’épreuve interclubs majeure du continent. Un nouveau camouflet pour la balle ronde nationale. Un échec qui prouve, encore une fois, que les représentants Dz ont beaucoup de progrès à faire s’ils veulent avoir la constance de leurs homologues Tunisiens, Marocains et Égyptiens qui placent constamment des équipes dans le « final four » de l’Afrique.
Par ailleurs, on notera que ces deux éliminations viennent soulager, quelque peu, la Ligue de football professionnel (LFP). L’instance qui gère le championnat national n’aura pas à retarder des rencontres en raison du challenge de la CAF. Cela permettra de finir la saison le plus tôt possible. Surtout qu’il reste 17 journées à faire jouer.