Dans deux jours, l’ES Sétif disputera sa 4e demi-finale de Ligue des Champions CAF. Et ça ne sera pas face à n’importe quel adversaire puisqu’il s’agit d’Al-Ahly SC qui a remporté la compétition à 10 reprises. C’est plus que tout autre club au continent. Clairement, le défi des Ententistes sera de taille. Mais avec un match ‘’retour‘’ en Algérie, leurs chances de se qualifier seront conséquentes si jamais ils parviennent à bien négocier la première manche samedi (20h) au Caire.

Par Mohamed Touileb
Si le CR Belouizdad n’a pas pu passer l’écueil du Wydad Casablanca, l’ES Sétif était parvenue à évincer admirablement l’ES Tunis en déplacement en s’imposant 1 but à 0 grâce à une réalisation de Djabou. Ainsi, le «Wifak» reste l’unique représentant Dz dans cette épreuve. Et il devra se coltiner un autre habitué de ce rendez-vous : Al-Ahly SC en l’occurrence qui n’est autre que le tenant du titre.

L’Entente habituée d’exploits
Même si l’Entente ne semblait pas présenter des certitudes pour aller loin dans ce tournoi, elle a pu se retrouver dans le carré d’as grâce à une détermination sans faille. En témoigne cette étape de quart de finale où l’«Aigle Noir» donnait l’impression d’avoir manqué le coche lors de l’acte I face aux Espérantistes à Alger (0-0) avant d’aller l’emporter (0-1) à Tunis. D’ailleurs, même Radhi Djaïdi, le coach des Tunisois, ne s’attendait pas à ce que les Sétifiens partent coiffer ses protégés à domicile. Mal lui en avait pris puisque les visiteurs ont déjoué tous les pronostics pour réaliser une victoire éclatante que les plus optimistes ne pouvaient pas imaginer. Désormais, c’est un autre match et une autre adversité qu’il faudra gérer. Les «Ahlaouis» ne voudront certainement pas faire les mêmes erreurs que le «Taraji» qui avait pris de haut les camarades de Benayad finissant par payer cette attitude «cash». La pression sera sur les Egyptiens qui seront dans l’obligation de réaliser un bon résultat à domicile pour essayer de se mettre à l’abri avant la seconde manche une semaine plus tard au stade 5 juillet 1962 (Alger).

La revanche de 2018
Certes, quand on compare les CV, il est évident que les Cairotes ont plus d’habitude à manœuvrer à ce stade de la compétition. Mais ce n’est pas l’histoire qui jouera après-demain. Au coup d’envoi, les deux teams partiront à chances égales et devront tracer leur chemin pour tenter de rallier la finale et affronter soit le Petro Atlético ou le Wydad Casablanca qui animeront l’autre demie. La formation des Hauts-Plateaux se retrouve à une étape de disputer la 3e finale de son histoire dans ce challenge après celles remportées en 1988 et 2014. L’ESS est la dernière équipe algérienne à avoir triomphé en LDC CAF. En 2018, la formation d’Aïn El-Fouara avait atteint ce niveau de la compétition avant de buter sur… Al-Ahly SC. Défaits à domicile 2 buts à 0, les Sétifiens étaient partis l’emporter 2 buts à 1 en Egypte pour finir par se faire éliminer (2-3 score cumulé). Si jamais ils réussissent à rééditer l’exploit de l’emporter loin des bases samedi, ils pourraient rêver de trôner sur l’Afrique et accomplir quelque chose d’imprévu et grandiose. In fine, notons que c’est l’arbitre éthiopien Bamlak Tessema qui sera au sifflet pour ce choc des demis finale de la C1. Le directeur du jeu sera assisté par le Soudanais Mohamed Abdellah et le Tchadien Aissa Yaya. n