Le MC Alger pouvait s’assurer une présence en quarts de finale de Ligue des Champions CAF dès samedi soir. En effet, les Algériens avaient besoin d’un petit point au moment de recevoir le Zamalek SC (Egypte), concurrent direct pour la qualif’ au stade 05 Juillet 1962. Et les hôtes ont trouvé le moyen de se saborder en s’inclinant 2 buts à 0. Un revers qui pourrait être lourd de conséquences pour l’aventure continentale. En tout cas, le coach Abdelkader Amrani n’y pas survécu, décidant de démissionner de son poste.

Par Mohamed Touileb
Pourtant, ça n’avait pas l’air si compliqué ni trop demander. Mais les Mouloudéens ont raté la marche en se faisant surprendre par des Cairotes qui ont plus cru en leurs chances pour revenir à 3 longueurs dans le classement de la poule « D ». Un quartet dans lequel l’Espérance Tunis a déjà validé son sésame pour la prochaine étape.
Les Egyptiens se donnent ainsi le droit de rêver de coiffer les Algérois sur le poteau lors de l’ultime journée prévue dans 5 jours. D’autant plus qu’ils joueront au Caire contre le FC Tuengueth (Sénagal) au moment où le Mouloudia ira défier les Espérantistes chez eux. La mission s’annonce compliquée quand on sait que les Tunisiens n’ont perdu que deux fois chez eux en phase de groupes lors des 5 dernières participations au tournoi interclubs.

Le spectre de l’élimination
Peut-on craindre que le MCA se fasse sortir alors que le chemin semblait goudronné pour être dans le « Top 8 » ? La réponse est malheureusement affirmative. On voit mal comment les Zamalkaouis pourraient laisser filer les trois points vitaux lors du dernier round le 10 avril prochain. De l’autre côté, les coéquipiers de Abderrahmane Hachoud ont montré beaucoup trop de limites pour espérer durer dans cette campagne et aller ramener au moins une unité chez le « Taraji ». Le laxisme défensif et le désordre tactique étaient flagrants. Abdelkader Amrani n’a pas permis à son équipe d’élever le niveau footballistique pour se mettre au diapason d’un adversaire qui a roulé sa bosse en Afrique. L’expérience continentale et les joueurs comme Shikabala et Ferjani Sassi aura été décisive dans cette opposition dont le résultat a précipité l’éviction du premier responsable de la barre technique mouloudéenne

Aller chercher la qualification à Tunis… sans Amrani
Le désormais ex-coach du MCA, conscient que ses protégés et lui ont peut-être commis une erreur professionnelle samedi soir, n’a pas voulu affronter la presse au sortir de l’empoignade. C’est l’adjoint Lotfi Amrouche qui a dû passer cet oral dans une ambiance loin d’être festive. Compréhensible lorsqu’on sait que la performance du soir risque de compromettre tous les plans alors que le club avait un pied en quarts. Amrouche a été expéditif dans son analyse du rendement de Chamseddine Harrag & cie : « on n’a rien fait pour gagner. On a tout simplement raté notre coup », a-t-il lâché non sans estimer qu’ « il nous reste un dernier match en Tunisie. On essayera d’aller chercher la qualification là-bas.» In fine, notons que l’absence du coach principal Amrani des deux conférences (avant et après-match) expose le Mouloudia à des sanctions financières.