La victoire pour la réception d’Al-Hilal Omdurman (Soudan) était vitale pour le CR Belouizdad. Le duel comptant pour la 3e journée de la phase de poules de la Ligue des Champions CAF a mal tourné pour le Chabab qui a été accroché (1-1) au stade 5 juillet 1962 (Alger) vendredi soir. Un résultat qui complique les choses en vue d’une qualification en quarts de finale. Mécontents, les supporters sont montés au créneau face à ce qu’ils appellent du «sabotage»

Le contenu très moyen aurait pu être sauvé si l’occasion de décrocher les trois points de la partie dans les derniers instants du match avait été saisie. Hamza Belahouel ressassera certainement ce penalty obtenu et manqué à la 90’+1. Une tentative qu’il a (trop) célébrée avant d’exécuter et frapper à côté du cadre.
L’image était captivante. Le manque de concentration et de lucidité pour un « Chabab » qui n’a pas pu prendre conscience de l’importance des moments clés. Menés dès la 3e minute de jeu sur un but de Mohamed Abdelrahman, les Algériens ont pu recoller juste avant la pause (43’) grâce à l’opportunisme de Marcellin koukpo.

Une phase « aller » désastreuse
On pensait que cette réalisation allait faire du bien aux gars de Laâquiba pour renverser la vapeur contre des Soudanais qui n’ont pas démérité et joué sans complexe. La prestation des poulains de Franck Dumas était insipide et pas à la hauteur du niveau requis pour une compétition du genre. A partir de là, il fallait attendre un fait de jeu pour espérer que les champions d’Algérie sortants parviennent à maîtriser l’adversaire du jour.
Entré à la 73e minute, Belahouel réussit, un quart d’heure plus tard, à obtenir une faute dans la surface. On croyait donc avoir le héros du jour qui relancerait les Belouizdadis dans ce tournoi. Le succès était au bout du pied droit de l’ancien sociétaire de l’USM Bel-Abbès qui n’est même pas parvenu à mettre le ballon entre les deux poteaux et la transversale.
Hors du coup, c’est ainsi qu’on pourrait qualifier le rendement des Chababistes depuis l’entame des choses sérieuses dans cette compétition. Deux points pris sur 9 possibles en sachant qu’ils ont « reçu » deux fois. Ainsi, ils auront deux déplacements pour la partie « retour ». De ces trois tests à venir, ils sont dans l’obligation de signer un sans faute afin d’espérer prendre l’un des deux tickets du groupe « B ». Mission délicate.

Un paquet de matchs en Ligue 1 !
Derniers avec 2 points, les banlieusards d’Alger ont enchaîné un 5e match sans victoire. Tous joués en l’espace de 6 semaines avec un creux de 15 jours sans compétition entre la première rencontre en LDC contre le TP Mazembe (13 février) et la seconde en Tanzanie face au Mamelodi Sundowns (28 février). La correction (1-5) infligée par les Sud-africains trouve, peut-être, explication dans le manque de compétition. Les coéquipiers d’Amir Saâyoud manquent clairement de rythme. Difficile d’exclure ce détail pour expliquer la panne. En championnat, les « Rouge et Blanc », provisoirement 10es à 10 longueurs du leader l’ES Sétif, comptent 6 matchs en retard au calendrier. Ils risquent de passer d’un calendrier extrêmement espacé à un autre démentiel. On transitera donc d’un extrême à l’autre. C’est pour dire que l’entassement des matchs en Ligue 1 pourrait, lui aussi, plomber la volonté de préserver la couronne nationale. C’est tout ce qui devrait rester comme objectif à l’issue des 6 sorties continentales. A moins d’un mircale…