Les deux performances, sur le plan du résultat, réalisées par le CR Belouizdad et l’ES Sétif
en quart de finale de Ligue des Champions CAF ne les mettent pas dans une position avantageuse pour rallier le prochain tour. Après le nul (0-0) concédé par les Sétifiens vendredi contre l’ES Tunis, les Belouizdadis ont été surpris par le Wydad Casablanca en s’inclinant 1 but à 0 à domicile. Le dernier carré semble être un plafond de verre pour nos représentants dans cette épreuve à quelques exceptions près.

Par Mohamed Touileb
Ainsi, les Ententistes s’en sont sortis avec le minimum de dégâts il y a 3 jours contre les Tunisiens. Avec un score de parité, le « Wifak », qui a pu compter sur un grand portier (Khedaïria) pour ne pas encaisser, garde tout de même ses chances de rallier le dernier carré avant le match ‘’retour‘’ le 22 du mois en cours. La formation des Hauts-Plateaux pourrait rééditer l’exploit de 2018 et atteindre le « final 4 » à condition de réaliser un bon résultat (victoire ou nul avec des buts).

Quatre présences en demies sur les 12 dernières éditions
Il faut savoir que lors de la précédente décennie, trois teams Dz seulement ont pu disputer une demie de la Champions League CAF. Il s’agit de la JS Kabylie (2010), l’ES Sétif (2014 avec le sacre et 2018) ainsi que l’USM Alger (2015 en perdant en finale). Et cela représente 20% des présences dans le dernier carré de la C1 africaine qui sont au nombre de 13. Il faut dire qu’en 57 éditions, les équipes algériennes ne se sont pas vraiment imposées comme des valeurs sûres sur le plan continental.
Là, on se rend compte que même le champion et son dauphin ont énormément de mal à faire face aux adversaires qui sont plus rodés pour ce genre d’épreuves comme les Espérantistes ou les Casaouis qui ont l’habitudes de décrocher le titre et être dans les dernières étapes de l’épreuve phare en Afrique. On ne parlera même pas d’Al-Ahly SC et le Zamalek SC (Egypte).

Une barrière à briser
Néanmoins, malgré sa contre-performance et le revers surprenant subi au stade 5 juillet 1962 (Alger), il faut mentionner que le CRB a livré une prestation consistante. C’est l’efficacité qui a fait défaut aux poulains de Marcos Paqueta. L’absence d’un avant-centre plus clinique dans la finition, malgré le fait d’avoir évolué en supériorité numérique dès la 7e minute de la partie, a précipité ce mauvais résultat. Karim Aribi n’a pas pu concrétiser deux grosses occasions en première période. Des actions non-finalisées qui auraient pu changer le cours du match.
Le contenu des «Gars de Laâquiba» rend l’éventualité d’aller chercher un exploit au Maroc envisageable. Pour cela, il faudra se montrer plus clinique devant les buts. Le test sera dans 5 jours et l’entraîneur brésilien devra préparer un plan pour réaliser le hold-up à « Casa ». En tout cas, les joueurs croient en la possibilité de décrocher le ticket de la qualif’ loin des bases. Et c’est important pour bien aborder cette partie et essayer de briser ce mur de béton des quarts qui bloquent nos représentants depuis 3 éditions maintenant.