Le Champion d’Algérie sortant, le CR Belouizdad en l’occurrence, semble parfaitement assumer son statut en dépit de la manière avec laquelle il a été sacré. Le « Chabab », représentant de l’Algérie en Ligue des Champions en compagnie du MC Alger, a fait un grand pas pour accrocher la phase de poules du tournoi en étrillant le Gor Mahia samedi soir sur le score net et sans appel de 6 buts à 0. Le tout en ayant de nombreuses occasions non-transformées. C’était le seul point noir de la soirée africaine.

Le second acte prévu à Nairobi le 06 janvier prochain est presque anecdotique tant les Belouizdadis ont montré qu’ils étaient un cran au-dessus des Kenyans avant-hier. Les conditions ayant entouré cette rencontre auraient pu déconcentrer les poulains de Franck Dumas qui devaient disputer ce match « aller » mercredi dernier avant que leurs adversaires n’obtiennent une reprogrammation pour samedi.
En effet, les visiteurs ont pu avoir la faveur de la Confédération africaine de football (CAF) qui a décidé de décaler l’explication de trois jours du fait que les « Mighty Gor » n’aient pas rallié Alger dans les délais impartis initialement. En butte à une crise financière, le champion en titre du Kenya a vu ses joueurs protester en décidant de boycotter le déplacement. Alors que tout semblait réuni pour que les Algériens soient déclarés vainqueurs par forfait, l’instance confédérale a eu un autre avis sur cette affaire en accordant un sursis au Gor Mahia.

Un récital…
Malgré ces décisions, pour le moins arbitraires face à l’inertie totale de la Fédération algérienne de football (FAF) et la Ligue de football professionnel (LFP), les Chababistes ont fait preuve de concentration optimale. Le jour du match arrivé, ils ont tout mis en œuvre pour pulvériser leurs homologues validant quasiment leur ticket pour la phase de groupes.
Les poules seront le défi réel pour le team de Laâquiba qui sera confronté à des adversaires d’un calibre supérieur lors des tours à venir. Certes, beaucoup peuvent penser que le Gor Mahia ne doit pas être une référence pour situer le niveau réel des Belcourtois. N’empêche, ces derniers ont pu montrer une certaine maîtrise et une assise footballistique évidente. Amir Sayoud, auteur d’un triplé samedi soir, et ses camarades avaient un fond de jeu et une fluidité dans les transmissions qui montrent bien que Dumas et son staff ont pu faire un travail remarquable. D’autant plus que son prédécesseur, Abdelkader Amrani, avait laissé un groupe assez performant lorsqu’il avait décidé de quitter la barre technique.

… avec quelques fausses notes de finition
Le seul bémol c’est qu’il y a eu beaucoup de ratages et l’addition aurait pu (dû) être plus salée sans le manque de finition. Un aspect qui doit être travaillé encore plus car le réalisme peut peser dans ce type de compétitions. D’ailleurs, lors de leur campagne en Coupe de la Confédération CAF l’année écoulée, les « Rouge et Blanc » s’étaient faits sortir par les Pyramids FC (Egypte) en ayant beaucoup vendangé. Pour cette saison, le niveau doit être élevé d’un cran puisqu’il s’agit de l’épreuve phare du football continental avec la présence de grosses écuries à l’instar d’Al-Ahly SC, l’ES Tunis, le TP Mazembe et autres noms ronflants. Le CRB, avec les gros moyens investis par Madar Holding, devra jouer les premiers rôles pour tenter, avec le MC Alger, de décrocher la couronne africaine et succéder à l’ES Sétif, dernier team algérien à avoir trôné en Afrique. C’était il y a presque 7 ans déjà.