Le MC Alger se rend chez le CS Sfaxien avec un avantage de 2 buts après s’être imposé (2-0) lors du match « aller » disputé il y a 9 jours au stade 5 Juillet 1962 (Alger). Cet acte II du derby maghrébin comptant pour le 1er tour « retour » de la Ligue des Champions CAF s’annonce très disputé.

Même si les Algériens ont mis un pied dans la phase de groupes, les Tunisiens espèrent inverser la tendance lorsqu’ils les recevront ce soir à partir de 18h00 dans l’antre de Taïeb Mehiri. Les hôtes auront un handicap de 2 buts à remonter afin de pouvoir durer encore plus dans ce tournoi. Une mission difficile mais un éventuel scenario qui serait certainement excitant pour les supporters des Noir et Blanc. En revanche, cette éventualité serait une catastrophe pour le « Doyen » qui avait bien négocié la première manche au temple olympique en parvenant à faire trembler les filets de la formation de Sfax à deux reprises grâce au buteur maison Samy Frioui. Le baroudeur mouloudéen aurait même pu inscrire un triplé mais il n’était pas parvenu à transformer le penalty à la 90e minute.
Cette dernière action sera anecdotique si les siens parviennent à passer. Et il la passera certainement en boucle dans sa tête au fil des minutes si jamais l’adversaire du jour parvient à marquer tôt dans la partie qui sera arbitrée par le Gambien Bakary Gassama. En tout cas, les poulains de Nabil Neghiz, qui devra composer sans Djabou (blessé) et Isla (problème administratif) ainsi que Benaldjia (écarté), ne pourront pas revenir en arrière. Et pour poursuivre leur marche en avant dans cette compétition, ils seront dans l’obligation de défendre cet avantage acquis lors de la première partie. Aussi, marquer un but les enverra quasiment à la prochaine étape dans laquelle les 16 meilleurs teams du continent vont se retrouver.

Le CR Belouizdad dans un matelas
Dans cette campagne, le « Mouloudia » pourrait accompagne le CR Belouizdad qui a 9 orteils sur la prochaine marche après avoir étrillé le Gor Mahia 6 buts à 0 à l’aller. Les Belouizdadis se sont rendus au Kenya pour finir le travail.
Les coéquipiers d’Amir Sayoud pourraient même ne pas avoir à jouer ce match puisque les joueurs adverses envisagent de boycotter ce rendez-vous. Ce scénario a déjà été envisagé lors de l’acte I puisque la formation de Nairobi ne s’était pas rendue à Alger dans les temps avant que la Confédération africaine de football (CAF) ne reprogramme l’explication. «Je doute que ces garçons puissent revenir sur le terrain pour une séance d’entraînement s’ils ne sont pas payés. Le problème est difficile car le club n’a pas d’argent. Même si nous jouons ce match, ce sera avec des joueurs disponibles qui ne se sont même pas entraînés», a déclaré l’entraîneur adjoint Sammy Omollo, dans une déclaration rapportée par Nairobi News. En tout cas, le « Chabab »a déjà le ticket pour les groupes en main. Le reste devient anecdotique.