En concédant sa seconde défaite dans son groupe de la ligue des champions, la JSK a sérieusement hypothéqué ses chances de se qualifier à la phase d’éliminations directes. Le club de Tizi Ouzou se classe ainsi à la troisième place, derrière le Raja Casablanca et l’ES Tunis. Le Vita, club zaïrois ayant fait pire que la jeunesse de Kabylie, se pointe, quant à lui, à la dernière place du groupe.

La JSK qui allie le bon et le moins bon en championnat, se classant quand même parmi le top 5 à l’issue de la phase aller, promettait de faire « quelque chose » en ligue des champions africaine. Malheureusement, les problèmes créés en Algérie depuis des mois, sans doute dès l’intronisation de Mellal à la tête du club, ont déteint sur le rendement de l’équipe à Casablanca. Un bon 2 à 0 a été le score de la défaite kabyle. L’optimisme aurait pu être un bon stimulant pour la suite de la compétition s’il n’y avait pas eu les incidents regrettables qui ont été enregistrés au Maroc. Ce n’est pas dû à un dérapage du club beidaoui, mais de plusieurs altercations entre les supporters de la JSK, avant, pendant et après la rencontre. Mellal a été pris pour cible par des invectives, et comme toujours, ne gardant pas son sang-froid, il a répondu par « une réponse du berger à la bergère », et tout cela s’est enflammé, comme le montre une vidéo filmée par un Marocain, devant l’hôtel où résidaient les Algériens. On y voit confusément des supporters de la JSK continuant de traiter de tous les noms d’oiseaux les joueurs et les dirigeants de « leur » équipe, et Mellal perdre son calme et rentrer en confrontation directe avec les fans des Jaunes et verts qui ont fait le déplacement dans la capitale marocaine. La suite de la compétition africaine pour la JSK risque d’être sérieusement compromise du fait de la perte de confiance entre supporters et staff dirigeants, surtout qu’aucune partie ne veut faire concessions. De son côté, l’USMA s’est fait peur encore une fois, et cette fois c’était face à une équipe loin d’être un foudre de guerre, le Sundowns d’Afrique du Sud. S’étant faite surprendre à domicile au stade Tchaker, l’Union a encore raté l’occasion de se replacer en haut du classement où le Sundowns et le Widad de Casablanca occupent les deux premières places avec, respectivement, 7et 5 points après trois rencontres. Le club algérois se classe troisième avec deux notes à son escarcelle. L’USMA qui a fait un catastrophique début de saison, étant une victime collatérale du Hirak, n’a pas encore réussi à se replacer sur le terrain et dans… sa tête. Une sorte de phase d’apprentissage après les remous qui l’ont affecté depuis le mois de février dernier. Toujours est-il que le club de Soustara peut encore espérer se reprendre, lui qui n’est pas dans un groupe de la mort comme c’est le cas de la JSK. Les semaines prochaines nous renseigneront mieux sur la forme, l’espoir et… les problèmes qui minent les deux clubs algériens. Ainsi, les deux clubs algériens, qui se devaient de réagir pour pouvoir se relancer, ont raté une belle occasion de se positionner et sont appelés à se remettre en question afin de relever la tête et redresser la barre, à trois journées de l’épilogue. Les joueurs de l’entraîneur français Hubert Velud n’auront plus droit à l’erreur, dès le prochain rendez-vous à Tizi Ouzou face au Raja, le samedi 11 janvier, dans ce qui sera le match du rachat et de la relance. Un résultat autre qu’une victoire compliquerait davantage la mission des coéquipiers de Walid Bencherifa dans l’optique d’arracher leur qualification pour les quarts de finale, dans un groupe dominé par le double détenteur du trophée l’ES Tunis (7 pts), tenu cependant en échec à la surprise générale devant ses supporters par les Congolais de l’AS Vita Club (0-0).
Pour ce qui est des «Rouge et Noir» avec deux points seulement en trois matchs, leur mission est plus compliquée que celle des Kabyles, d’autant plus qu’ils effectueront un déplacement périlleux à Pretoria pour affronter le club sud-africain, le 11 janvier.
En dépit de leur riche expérience dans cette compétition prestigieuse, l’USMA et la JSK ont échoué, jusque-là, à se hisser au niveau de leur réputation, se montrant incapables de rivaliser avec les ténors, en attendant la «révolte».n