Une fois de plus, des pseudos-supporters créent l’évènement à Ain M’lila et à Aïn Fekroun en utilisant la violence comme arme contre les éléments des équipes visiteuses dont le seul tort a été de mener devant leur équipe locale !

Ainsi, des énergumènes, qui n’ont rien à voir avec l’esprit sportif et le fair-play, nous obligent à rapporter des faits de la violence d’une manière quotidienne.
Comme s’ils faisaient exprès alors que leur «inconscience » les mène souvent à des arrestations pour ne pas dire à être présentés devant des juges. Ce phénomène de la violence hante les esprits à chaque match d’autant qu’on est à l’orée de la fin de saison et tous ses enjeux capitaux.  Des voyous qui ne cessent de fréquenter les tribunes des stades non pas pour aider leurs clubs respectifs à réaliser des résultats positifs, mais paradoxalement, ils ne font que leur compliquer la situation en ayant recours à des méthodes barbares. Et c’est ce qui vient de se passer avant-hier lors des rencontres de la ligue 2 Mobilis où deux matchs ont connu une fin houleuse pour les joueurs et les supporters des clubs visiteurs. Il s’agit des matchs AS Ain M’lila- MC El Eulma (1-2) et CRB Aïn Fekroun – CA Bordj Bou Arréridj (0-1). Au stade des frères Debbah d’Ain M’lila, les supporters du MC El Eulma ont été agressés juste après le but de la victoire marqué par Djabali (59’). Ainsi, et pour éviter d’enfoncer la crise hystérique des M’lilis, les gars d’El Eulma ont préféré quitter les tribunes et revenir dans leur fief. Par contre, l’arbitre de la partie, Hellachi a été bien fustigé aussi bien par des joueurs, des dirigeants que des supporters de l’ASAM qui jouait pour l’accession en ligue 1. D’ailleurs l’arbitre a dû arrêter la partie durant deux minutes à cause des reproches dont il a été victimes de la part des joueurs de l’ASAM. Et comme les supporters étaient en force dans les tribunes, il est évident que les réactions négatives des dirigeants et des joueurs sur le terrain se répercutent sur les gradins. Et c’est ce qui a permis de voir des scènes de violences dans les tribunes du côté des M’lilis. Plus grave encore, après la fin du match, des pseudos-supporters s’en sont pris à leurs propres joueurs dans les vestiaires. Et voilà que l’attaquant Hachem a été touché au niveau de l’œil. Quand ce sont les joueurs et dirigeants qui provoquent les incidents allant jusqu’à assister à des scènes de violence, il n y a plus rien à espérer des supporters ! D’autre part, le match CRBAF-CABBA (0-1) a lui aussi connu des scènes de violence ayant mené à la blessure de trois joueurs de l’équipe visiteuse. On jouait la 77e minute du jeu quand Messaidia a ouvert la marque pour les visiteurs. Ce but a eu comme conséquences la réaction négative et bien condamnable des supporters locaux qui n’ont pas trouvé mieux que de se défouler en lançant des projectiles et des pierres sur le terrain.  L’arbitre Brahimi a arrêté la partie en attendant l’intervention des forces de l’ordre pour pouvoir reprendre le match. Mais juste après avoir prié les joueurs de revenir sur le terrain, il décide finalement de ne point risquer des vies humaines en arrêtant carrément le jour à la 78e minute. Le président du conseil d’administration du CABBA, Afafsa a même déclaré en fin de partie que « Le président de Aïn Ferkoun m’a menacé avant le match avec quelques-uns de ses amis… ». Quant au coach du CABBA, Bougherara, il indique que « nous avons vécu  un après-midi d’enfer. Nous avons eu beaucoup de difficultés à quitter les vestiaires. D’ailleurs, précise-t-il, trois de mes joueurs ont été blessés par des projectiles ». Sans commentaire.