La direction du RC Arbaâ, lanterne rouge de la Ligue deux algérienne, est dans l’obligation de débourser la somme de 90 millions de dinars pour apurer sa situation financière vis-à-vis de ses joueurs qui ont recouru à la Chambre de résolution des litiges (CRL) pour être rétablis dans leurs droits,

a-t-on appris samedi de la Ligue de football professionnel (LFP). Le RCA, qui vient de connaître l’arrivée d’une nouvelle direction après le retrait de confiance dont a fait l’objet le président Djamel Amani, a été sommé, il y a quelques jours, par la LFP de régler ses dettes envers ses joueurs dans un délai ne dépassant pas un mois. La LFP a averti les dirigeants d’Ezzarga que, passé ce délai, leur équipe sera exposée à des sanctions sportives allant jusqu’à la défalcation de six points. Deux autres formations se trouvent dans la même situation que le RCA, en l’occurrence l’USM El-Harrach (Ligue 1) et l’USM Blida (Ligue 2).