Après 5 saisons en Ligue 1 algérienne, l’USM Bel-Abbès a été reléguée en seconde division. Une rétrogradation venue ponctuer une saison 2020-2021 compliquée et marquée par une crise financières aigue ayant précipité la descente. Pour remettre de l’ordre, la direction du club a opté pour une revue d’effectif. Ce dernier a été largement rajeuni. Pas de grands noms ni de gros émoluments. La masse a chuté de 67% par rapport à l’exercice écoulé passant de 30 à 5 millions de dinars/mois.

Par Mohamed Touileb
Demain, les Bel-Abbessiens amorceront l’opus 2021-2022. L’objectif initial sera de se maintenir et plus si l’occasion se présente de jouer les premiers rôles. Néanmoins, les Unionistes ne semblent pas pressés de retrouver l’élite footballistique. Sans statut «professionnel», désormais réservé au seul 16 pensionnaires de la D1, il est difficile d’avoir des contrats sponsoring mais aussi de convaincre des joueurs de signer. Surtout quand on ne fait pas de grosses offres. Encore, faut-il que cela soit autorisé sachant que les «Scorpions» ne pouvaient pas activer sur le marché des transferts.

Interdit de recrutement
Concernant l’aspect financier, le porte-parole du club, Abdelmalek Kessis, a souligné qu’ «en raison des problèmes financiers immenses auxquels est confrontée l’USMBA, il a été décidé de changer radicalement la stratégie du club en optant pour un projet sportif à long terme». Ainsi, la nouvelle approche consiste à rajeunir le club et réduire la voilure pour ce qui est des mensualités. Le groupe est «désormais composé dans sa majorité, de joueurs ne dépassant pas les 21 ans, ce qui a permis de revoir à la baisse la masse salariale de l’équipe, alors qu’elle avoisinait, lors des saisons passées, les 30 millions DA».
La baisse est très conséquente car l’USMBA a déjà été interdit de recruter car le club a accumulé des dettes à hauteur de 260 millions DA. Par conséquent, les nombreux dossiers d’ex-joueurs qui ont saisi la Chambre nationale de résolution des litiges (CNRL) ont fait que la Ligue Nationale de Football (LNF) a décidé de ne pas accorder de nouvelles licences au club de l’Ouest.
L’implication des autorités locales espérée
«Nous avons un effectif composé dans sa majorité de joueurs de la réserve, vu qu’on est interdits de recrutement. Nous allons viser dans un premier temps, un maintien rapide, mais si l’occasion se présente pour jouer les premiers rôles, nous jouerons nos chances à fond», a indiqué Kessis. Comprenez donc que jouer avec des jeunes est plus une contrainte qu’un choix. Mais cela peut être une source de motivation pour les jeunes afin de se surpasser et réaliser quelque chose de sensationnel pour se présenter au monde du foot et taper dans l’œil des recruteurs de Ligue 1.
Pour connaître une saison tranquille, les dirigeants espèrent «l’implication des autorités locales» qui «est des plus nécessaires» comme le note le porte-parole. Ce dernier, note que «la saison passée, nous n’avons bénéficié que de 20 millions DA alloués par l’APC. Il y a quelques temps, nous avons été reçus par le wali qui nous a encouragés pour aller au bout de notre politique». n