Selon l’agence de notation Moody’s, Mediapro n’avait que 113 millions d’euros de trésorerie fin septembre. Ce qui expliquerait pourquoi le groupe sino-espagnol, diffuseur principal du championnat de France, n’est pas en mesure de payer l’échéance d’octobre (172 millions d’euros) à la LFP. Voici une information qui ne devrait pas rassurer la LFP et les clubs professionnels français. D’après l’agence de notation Moody’s, Mediapro, principal diffuseur de la Ligue 1 et de la Ligue 2 (8 matches sur 10 sur la période 2020-2024) serait loin de pouvoir régler son échéance d’octobre, fixée à 172 millions d’euros, mais aussi celle du mois de décembre (150 millions). En effet, le groupe sino-espagnol disposait d’une trésorerie de 113 millions d’euros fin septembre selon des documents consultés par le magazine Capital.

Trésorerie à zéro ?
Si Moody’s a dégradé la note de la dette de Mediapro de deux crans, de B1 à B3 (la note maximale pour une entreprise est fixée à AAA) dès le mois d’avril, l’agence de notation Fitch a fait de même début juin, en la passant de BB- à B. Comme le rappelle Capital, la dette de Mediapro est notée juste au-dessus du défaut de paiement. «La trésorerie pourrait tomber à zéro de manière temporaire en 2020, nécessitant la levée de nouveaux fonds», précisait Fitch.
Si le nombre d’abonnés à la chaîne Téléfoot oscille entre 278.000 et 400 000 personnes, selon respectivement RTL et Le Monde, ces chiffres sont très loin des attentes du groupe Mediapro qui espérait 3,5 millions d’abonnés. Des chiffres qui ne devraient pas améliorer la santé financière du groupe sino-espagnol. En attendant, les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 ont validé à l’unanimité ce lundi le prêt de 112 millions d’euros de la Ligue de football professionnel. n