Des regrets. Encore et toujours pour le  CR Belouizdad auteur d’un match assez solide pour un relégable face au MC Alger jeudi au stade 5 Juillet. Un duel comptant pour la 18e journée de Ligue 1 Mobilis, qui n’a pas connu de vainqueur (1/1), duquel le «Chabab», sérieusement menacé par la descente (16e, 13 points)

, n’a pu glaner qu’une seule unité. Sur le plan comptable, les Belcourtois ont très mal négocié le derby en dépit d’un bon rendement dans le contenu. Les habituels symptômes d’une équipe qui joue bien, qui ne perd pas depuis qu’Abdelkader Amrani est arrivé sur le banc mais qui ne gagne plus aussi. Sachant que les «Rouge et Blanc» luttent pour leur survie, c’est mathématiquement insuffisant même si techniquement cela reste encourageant.

Pour le moment, on ne sait pas encore ce que vaut ce point décroché par les «gars de Laâquiba» face au «Doyen», ennemi juré. Est-ce qu’il aura son pesant d’or lors du bilan final ou il manquera les deux unités que les camarades de l’excellent Djamel-Eddine Chettal ont laissées sur le jardin du temple olympique ? On ne peut pas se projeter pour le dire. Toutefois, le staff technique belouizdadi ne minimise pas le résultat sachant le cachet d’un derby qui reste un match spécial à négocier.
« C’était un match très difficile devant une bonne équipe du MCA. Je pense que c’est un bon résultat, même si je dois dire que nous aurions pu faire mieux. Nous avons eu plus d’occasions pour l’emporter, mais nous n’avons pas réussi à les concrétiser. Toujours est-il, nous n’allons tout de même pas cracher sur ce point pris devant un adversaire qui cherche à consolider sa position au classement. C’est bon pour le moral car il s’agit d’un derby, nous devons oublier ce match car nous avons d’autres aussi importants qui nous attendent», a réagi l’entraîneur adjoint, Lotfi Amrouche.

Public, le soutien inconditionnel

Le bras droit d’Amrani a aussi promis que « nous allons faire tout notre possible pour réussir la suite. Je promets à tout le monde que les joueurs vont se donner à fond pour le reste de saison. Je remercie les supporters pour leur soutien. Ils étaient magnifiques. »
Dans la passe très difficile que traverse la franchise de la banlieue d’Alger, ses supporters n’ont pas hésité à se rendre en masse dans l’enceinte de Chevalley pour essayer d’encourager Bechou & cie. Ces derniers, bien que menés au score juste après le retour des vestiaires suite à la réalisation de Souibaâ (49’), ont pu recoller sur une sublime frappe signée Chettal des 30 mètres. Une mine qui a nettoyé ma lucarne sans dégager la route pour rafler la mise totale. A la fin de l’explication algéroise, Saïd Allik, Directeur général du CR Belouizdad, a tenu à rendre hommage aux inconditionnels qui se sont déplacés pour la circonstance : «Croyez-moi, avec la grosse pression qui pèse sur le club, ce n’est pas facile. Je profite de l’occasion pour féliciter les supporters quine veulent pas lâcher leur équipe dans les moments difficiles. Ils méritent d’avoir une équipe de qualité qui leur fait plaisir et honore les couleurs du club», a-t-il salué.

Les bras de « Dame coupe » pour se réconforter

Pour revenir aux prochaines échéances, il y a le tant attendu 1/8 de finale de Coupe d’Algérie que les héritiers du légendaire Hacène Lalmas disputeront dans leur antre fétiche du 20 août 1955 (Ruisseau) contre le SA Mohammadia. Une opposition prévue dans deux jours (15h00). Une belle occasion pour tenter de renouer avec la victoire qui fuit le team de Belcourt depuis trois matchs maintenant. Le dernier succès des la franchise qui a séduit «Dame Coupe» à sept reprises remonte au 29 décembre dernier. C’était –justement- dans l’épreuve populaire quand le CRB était parti s’imposer chez le CA Batna (0/1). Auparavant, les banlieusards d’Alger étaient partis ramenés la qualif’ de Tadjenanet contre le Difaâ (0/2). Le tournoi reste donc un refuge pour la formation qui n’a connu la descente qu’une seule fois depuis sa création. C’était à l’issue de l’exercice 1987-1988 avant de remonter dans la foulée lors de l’opus 1988-1989. En championnat, il y a toujours cette barre de 36 points qu’il faudra dépasser afin d’espérer se sauver. C’était le seuil minimal lors des trois dernières saisons pour ne pas quitter l’élite. Il reste pour cela 12 rounds. Virtuellement, il faudra essayer de prendre 23 points au plus des 36 qui sont en jeu. La marge de manœuvre est minime et le danger majeur. n