Lundi, à l’occasion de la 19e journée de Ligue, le MC Alger enchaînait sa 3e victoire de suite pour retrouver la place de dauphin et revenir à 3 longueurs du CR Belouizdad, leader. Pour sa part, l’USM Alger a aligné un 8e match d’affilé sans succès. Les Usmistes n’ont pas perdu un derby seulement. C’est la confiance en eux qu’ils semblent avoir égarée. Lecture.

Les «gars de Soustara» misaient beaucoup sur le « Big Derby » pour tourner la page des contre-performances et sortir de leur trou d’air. Mais il n’en fut rien. Les limites étaient visibles chez les coéquipiers de Hamza Koudri. Ils n’ont pas pu contenir un Mouloudia beaucoup plus tranchant et discipliné (même si le niveau tactique de la rencontre était moyen) sur le pré du stade 5 juillet. Sur son banc, l’entraîneur Dziri Bilel bougeait dans tous les sens. Cependant, il n’aura jamais trouvé la solution pour inquiéter l’adversaire du jour. Quel est le problème ?
Est-ce Dziri qui est limité et pas encore assez mûr pour diriger un club du premier palier ou c’est juste une défaillance collective accentuée par le manque de confiance ? Tant d’interrogations pour les supporters qui ne comprennent pas vraiment ce qui arrive aux « Rouge et Noir ».
L’«Ittihad » n’a plus goûté au succès depuis le 16 janvier dernier quand il s’est imposé face à la JS Kabylie en championnat. Depuis, c’est 5 revers et 3 nuls on Ligue des Champions CAF, Coupe d’Algérie et championnat réunis. Un bilan désastreux assortis de deux éliminations dans l’épreuve continentale et celle populaire. Sans oublier la peu réjouissante 9e place en Ligue 1 avec 25 points au compteur. Laborieux pour un champion d’Algérie sortant.

Catastrophique, vraiment ?
Numériquement, la 9e et la 3e place qui ouvre le podium sont loin. Mais la densité au classement veut que les Usmistes ne comptent que 7 points de retard sur la JS Kabylie qui ouvre le « Top 3 ». On ne pourra pas savoir si un ticket pour une compétition continentale au terme de la saison est jouable. Mais si les camarades de Rabie Meftah ne se réveillent pas le plus tôt possible, ils peuvent aussi être menacés par la relégation dans un challenge national où tout peut aller très vite. Farid Zemiti, entraîneur adjoint de Bilel Dziri a essayé d’expliquer les raisons de la spirale des mauvais résultats : « Le club a traversé une situation critique et sans précédent depuis le début de saison. Les joueurs et le staff se sont sacrifiés pour l’équipe dans une situation extrême. C’est pour cette raison que je dis que les joueurs doivent être encouragés », rappelle-t-il en insistant sur le fait que « L’heure est à la mobilisation et pas l’inverse. On doit tous s’unir autour de cette équipe qui aura son mot à dire d’ici la fin de saison. Certes la défaite est amère, mais nous allons continuer à nous battre.» Les Algérois tenteront de réagir dès la prochaine journée quand ils se rendront chez la JS Saoura. Un voyage de tous les dangers.