Au terme de la 34e journée disputée mardi dernier, l’ES Sétif n’a pas pu se refaire une santé. L’Entente n’a ramené qu’un point contre l’ASO Chlef (1-1) en déplacement. Suite à cette nouvelle contreperformance, les Sétifiens voient l’éventualité d’être sacrés s’éloigner. Pire, la deuxième place au classement et le ticket qualificatif pour la Ligue des Champions CAF sont menacés, puisque la JS Saoura a pu recoller à la deuxième position ex aequo (62 points).

Par Mohamed Touileb
Une seule victoire sur les 8 derniers matchs et seulement 6 points pris sur 24 possibles, le « Wifak » a perdu gros sur cette période. Surtout que le CR Belouizdad, plus que jamais solide leader avec 4 longueurs d’avance et un match en moins à disputer, n’a pas connu de trou d’air en prenant 19 unités sur 24 éventuelles.

Le départ de Ghacha n’arrange pas les choses
Clairement, l’« Aigle Noir » bat de l’aile dans la course au sommet. La crise financière dont souffre le club a sérieusement plombé la cadence de Mohamed El-Amine Amoura, forfait pour la sortie contre les Chélifiens, et consorts. Pour ne rien arranger, la formation d’Aïn El-Fouara a aussi perdu Houssam Eddine Ghacha parti en Turquie rejoindre Antalyaspor. Dans la lutte pour le bouclier du champion, les Ententistes ont beaucoup cédé alors qu’ils semblaient avoir une belle tête de champion. Ce qui est sûr, c’est que les « Noir et Blanc » ont un besoin vital de points dans le challenge national. C’est pour cela qu’ils s’attèlent à demander la restitution du point du nul (2-2) réalisé à Relizane. Pour rappel, concernant cette rencontre, il faut savoir que la Ligue de Football professionnel (LFP) avait décidé d’annuler le résultat du match en sanctionnant l’ESS avec défaite (0-2) sur tapis vert et une amende de 100.000 DA sans l’attribution des points de la victoire aux Relizanais. Cette sanction était motivée par le non-respect du règlement du manuel COVID-19 de la FAF par les responsables du team de Sidi El Khier.

Le podium ne garantit pas le « pass » CAF
Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, la direction de la formation 8 fois détentrice de la Coupe d’Algérie devra mettre à la poche et puiser dans une trésorerie déjà au rouge. En effet, l’Ivoirien Malik Touré a obtenu gain de cause auprès de la FIFA dans son litige contractuel. Les Ententistes devront lui verser 2 milliards 850 millions (Dinar algérien). Et ce, avant le 10 août prochain.
Passé cet ultimatum, le club sera tout simplement interdit de recrutement et de participation aux compétitions interclubs CAF. C’est pour dire que même le fait de terminer sur le podium ne pourra pas garantir un « pass » continental aux protégés de Nabil Kouki. Le technicien tunisien se retrouve en mauvaise posture pour la première fois depuis son arrivée le 28 octobre 2019.
Si jamais il ne parvient pas à sortir son groupe de cette mauvaise spirale, il pourrait voir sa mission prendre fin. Surtout quand on sait que les dirigeants algériens ont tendance à trouver en l’entraîneur le bouc-émissaire quand les choses vont mal. n