Avec quatre points de pris sur les 14 derniers mis en jeu, le MC Alger a compromis ses chances de lutter pour le titre de champion avec le CS Constantine. Si ce dernier ne s’est pas vraiment envolé au classement, derrière, deux clubs en ont profité pour passer devant le «Mouloudia » dans la hiérarchie.

Il s’agit de la JS Saoura (3e, 45 points/+6) et le NA Hussein-Dey (2e, 45 points/+13). Ainsi, le «Doyen» (44 points) s’est retrouvé en dehors du «Top 3». De quoi penser que les poulains de Bernard Casoni ne sont plus au top.
Un point, c’est tout ce que le MC Alger a pu ramener de Tadjenanet face au Difaâ local (1/1). Un but au bout du bout du temps additionnel (90’+4) de Walid Derardja qui évite, quelque peu, la crise aux «Vert et Rouge ». Ces derniers devront cravacher dur pour ne pas gâcher la fin de saison et s’assurer, au moins, une place sur le podium. Cette unité ramenée de Mila pourrait peser lors du décompte final. C’est logiquement que le driver Casoni n’a pas voulu cracher dessus.
« On savait que le match allait être compliqué face à un adversaire qui lutte pour le maintien sous une chaleur suffocante. A cela s’ajoute l’état du terrain qui est très difficile. Pour tout cela, je suis satisfait de ce point ramené de Tadjenanet», a lâché le technicien français au sortir de ce match face à une formation qui joue pour le maintien. Toutefois, l’ancien coach de Lorient FC (Ligue 1 française) n’a pas manqué de contester la décision de l’arbitre qui n’a pas sifflé un penalty à son équipe à la 70e minute après une faute évidente sur Balegh. « Il y avait en seconde mi-temps un penalty que l’arbitre n’a pas sifflé alors qu’il était indiscutable, suite à cette faute sur Balegh. Je pense que l’arbitre a subi la pression de l’équipe locale », a contesté le chef de la barre technique du MCA qui note, néanmoins, qu’ « hormis ce fait de jeu, l’arbitre a pris souvent les bonnes décisions.»

Réception de la JS Saoura : un joker !
Vice-champions la saison dernière et décrochés dans la course au titre lors de cet opus 2017-2018, les coéquipiers de Hichem Nekkache doivent faire aussi bien que lors de l’édition écoulée. C’est-à-dire : terminer dauphin au minimum.
Pour ce faire, ils doivent remporter les trois matchs qui restent. On pourrait dire qu’ils les joueront tous à domicile puisqu’ils recevront la mal-classée USM Bel-Abbès demain (16h00) au stade Omar-Hamadi (Bologhine). Par la suite, il y aura le derby contre l’USM El-Harrach, quasi-condamnée, et, pour finir, cette finale en accueillant la JS Saoura pour le compte de l’ultime journée. « On va se battre pour gagner tous nos matchs avec l’objectif de terminer à la meilleure place possible », a assuré Casoni qui indique que ses poulains pensent « au match suivant contre l’USMBA qu’il faut gagner pour reprendre notre deuxième place.»

La JS Kabylie a brisé la dynamique
Comment le dauphin de l’ES Sétif en 2016-2017 s’est retrouvé dans cette situation délicate ? Il ne faut pas remonter à très loin pour trouver l’instant où le chainon a rompu. Tout avait commencé avec le revers 3 buts à 1 à Tizi-Ouzou contre la JS Kabyie en championnat le 3 avril dernier. Une semaine après, Amir Karaoui & cie ont été sortis en demi-finale de Coupe d’Algérie par ces mêmes « Canaris ».
À partir de là, l’équipe a commencé à déchanter en dépit d’un semblant de réveil contre le Paradou AC (1/5). L’optimisme était de courte durée puisque la surprenante équipe du NA Hussein-Dey a donné un coup de massue aux Mouloudéens en les battant 2 buts à 1 au stade 5-Juillet 1962, vendredi dernier. Un revers lourd de conséquence puisqu’il a littéralement réduit à néant les chances de voir le team de Bab El-Oued lutter pour le bouclier.
En l’espace de trois semaines, le Mouloudia a tout perdu. Lui qui rêvait de «doublé». Comme quoi, en football, les choses peuvent aller très vite. Dans un sens comme dans l’autre. Reste désormais à minimiser les dégâts et se consoler avec une seconde place qu’il faudra aller chercher avant d’entamer la campagne africaine et la phase de poules de la Ligue des Champions CAF. Le tournoi majeur reste l’objectif premium pour l’un des plus prestigieux sigles en Algérie.