Cinq victoires lors des 6 derniers matchs et voilà que l’USM Bel Abbès (36 points) se retrouve deuxième de la hiérarchie footballistique de la Ligue 1 Mobilis. Les Bel-Abbessiens vont merveilleusement bien.

Une forme olympique qui les a propulsés sur le podium de l’élite après un début de saison très compliqué avec 6 points récoltés en 7 rencontres. Quatorze rounds plus tard, le team de l’Ouest semble avoir bien repris ses esprits. Il est même dans le coup pour le bouclier de champion.

Tout est parti de ce succès en déplacement chez le CR Belouizdad le 21 octobre écoulé. Une petite victoire (0-1) qui a fait du bien pour les «gars de la Mekerra». Et pourtant, l’entraîneur en chef des «Unionistes», Si Tahar Cherif El Ouazzani, était donné partant avant ce déplacement à Alger. À l’époque et à quelques heures de cette partie face au Chabab, qui allait changer la courbe des gars du promu dans le challenge national, l’ancien «Fennec» avait jugé que «puisque les résultats ne suivent pas, en dépit de notre sérieux et abnégation dans le travail, il ne reste plus d’autre solution que de laisser ma place à un nouvel entraîneur, dans l’espoir que celui-ci parvienne à provoquer le déclic.» Soutenu par la nouvelle direction, installée en octobre, le Champion d’Afrique avec l’Algérie en 1990 a été conforté par les trois points glanés au stade du 20 août 1955 à Ruisseau. Par la suite, tout a coulé de source. Intraitables à domicile, accrocheurs à l’extérieur, les coéquipiers de Abou Sofiane Balegh, un des hommes forts du onze des Scorpions, ont pu grappiller des places jusqu’à se retrouver sur cette seconde marche quasi-inespérée. Avant la trêve hivernale, ils n’étaient que 8es avec 21 unités au compteur. À neuf longueurs du MC Alger qui avait terminé la phase aller en tête. Aujourd’hui, à neuf journées de la fin, les vainqueurs de la Coupe d’Algérie 1991, seul titre majeur dans la vitrine du sigle, sont un solide dauphin d’une de l’Entente après avoir dominé le CS Constantine il y a deux jours (1-0). «Je crois que le travail effectué pendant la trêve hivernale aura donné ses fruits. L’équipe retrouve peu à peu son équilibre, ses performances le démontrent on ne peut plus clairement», relevait le coach le 3 février écoulé après avoir dominé le NA Hussein-Dey (1-2) chez lui en championnat pour aligner la troisième victoire de rang dans la Ligue 1 Mobilis. C’est cette même équipe que la troupe à Cherif El-Ouazzani affrontera, le 31 mars prochain, à l’occasion des quarts de finale de «Dame Coupe» dans leur citadelle du 24 février 1956. Là-bas, les «ouestistes» sont quasiment injouables et certainement imbattables jusque-là.
Domination illustrée par ce bilan édifiant de 8 succès et 3 nuls pour zéro défaite. Les filets adverses ont tremblé 21 fois (sur un total de 26 buts depuis le début de l’exercice) alors que le portier Nadjib Ghoul est allé chercher le ballon au fond de sa cage par 7 reprises. Vendredi, lui et ses compères ont triomphé pour la 7e fois de suite devant leur public. Ils n’ont plus cédé de points depuis le nul (1-1) contre la JS Saoura le 15 octobre dernier. En cette période, les «Rouge et Vert» allaient mal. Ce n’est plus le cas. À la maison, l’équipe qui a accédé à la D1 Pro au terme de la saison écoulée pète la forme tandis qu’en déplacement, elle essaye d’être efficace à défaut de pouvoir se montrer spectaculaire. Trois succès, tous contre des franchises algéroises à savoir : le CR Belouizdad, l’USM El-Harrach et le NA Hussein-Dey. Les bel-Abbessiens aiment le nord et ne veulent pas le perdre. Mais pour la prochaine étape, ils devront aller dans le sud défier la JS Saoura pour essayer de confirmer. Par la suite, il y aura la réception du CR Belouizdad lors de la 23e journée. Un adversaire que les poulains de Cherif El-Ouazzani pourraient retrouver en demi-finale de l’épreuve populaire en avril. Pour l’instant, tout tourne rond pour le défenseur Fares Benabderrahmane & cie. Qui sait ? Peut-être que l’USM Bel-Abbes aura un destin à la Leicester City ?