Cinq semaines environ avant le coup d’envoi du championnat de Ligue 1 de football (saison 2022-2023), le flou entoure toujours l’avenir du MC Oran où les préparatifs du nouvel exercice ont été gelés pendant toute la durée de la 19e édition des Jeux méditerranéens (JM) qu’a abrité la ville du 25 juin au 6 juillet. Après que le rendez-vous méditerranéen a pris fin, caractérisé par un franc succès, selon les témoignages même du Comité international des JM, dans les milieux des «Hamraoua», les regards sont tournés vers la direction de leur club favori censée engager les préparatifs d’usage en prévision de la nouvelle saison.

Mais en se référant aux déclarations du président du MCO, Youcef Djebbari, tenues au cours d’une conférence de presse qu’il a organisée peu avant les JM, tous les espoirs de la direction oranaise sont placés sur les autorités locales pour faire démarrer la machine. Croulant sous le poids des dettes, estimées à 280 millions DA, selon Djebbari lui-même, le club phare de la capitale de l’Ouest trouve de la peine pour entamer la préparation d’intersaison, s’exposant d’ores et déjà au scénario de l’exercice précédent quand il avait patienté jusqu’aux dernières journées du championnat pour assurer son maintien parmi l’élite. Sentant d’ailleurs le danger, l’entraineur Abdelkader Amrani, dont l’arrivée aux commandes techniques des Rouge et Blanc au milieu de la saison passée s’est avérée salutaire, a annoncé son départ après avoir constaté un retard sensible en matière de préparation de la prochaine édition du championnat. Cela se passe au moment où le président Djebbari et les responsables du club sportif amateur (CSA) du MCO tablent sur l’affiliation de leur club à une entreprise publique. «Des promesses nous ont été faites pour que notre club soit mis sous le giron d’une entreprise publique une fois les JM terminés», avait indiqué Youcef Djebbari lors de sa conférence de presse. Interdit de recrutement à cause de ses dettes, le club oranais mise sur cette ‘’transaction’’ pour éviter des lendemains incertains. Mais le fait que le coup d’envoi du championnat approche à grands pas sans que l’on ne voit rien venir, plonge déjà les amoureux du MCO dans la panique. (APS)