Le président de la JS Saoura Mohamed Zerouati a écopé d’une année de suspension dont six mois avec sursis pour menaces contre le Manager-Covid du match ayant opposé son équipe au MC Alger (0-0) en championnat de Ligue 1, a indiqué la Ligue de football professionnel (LFP) mardi.

«La commission de discipline a procédé à l’ouverture d’une procédure disciplinaire à l’encontre de Mr Mohamed Zerouati, président de la JS Saoura, pour avoir utilisé des pressions avec des menaces sur un officiel de match (COVID Manager), afin de le pousser à faire un acte, ainsi que pour crachat envers officiel de match, propos injurieux, diffamatoires, grossiers et menaces envers officiel de match», a encore précisé l’instance dans un communiqué, diffusé mardi sur son site officiel. «Lors de son audition, Mr Zerouati a nié les faits qui lui sont reprochés, affirmant n’avoir ni menacé, ni insulté les officiels du match. Mais il a reconnu avoir été très énervé contre le Manager-Covid, et qu’une dispute verbale s’était déclenchée entre lui et le docteur officiel du match» disputé le 2 janvier courant à Béchar, a poursuivi la CD. Seulement, et étant que le Commissaire au match et le Manager-Covid avaient affirmé le contraire lors de leurs auditions, respectivement les 13 et 17 janvier courant, confirmant ainsi la véracité de tout ce qui est reproché à Mr Zerouati, la Commission de discipline a considéré que «le comportement de ce dernier constitue une infraction aux articles 58, 61,62 et 77/2 du code disciplinaire de la FAF, à savoir : Pressions, avec des menaces sur un officiel de match, pour le pousser à faire un acte, crachat envers officiel de match, propos injurieux, diffamatoires, grossiers et menace envers un officiel de match». Ainsi, et sur la base des faits reprochés, la Commission de discipline a décidé d’infliger une suspension d’un an au président de la JSS (dont six mois avec sursis), de toute fonction ou activité en relation avec le football, incluant une interdiction de terrain et de vestiaires, et ce à compter du 17 janvier courant La suspension de Zerouatiest rehaussée de deux cent mille dinars (200.000 DA) d’amende. Lourdes sanctions contre Zerroug Boucif (PAC) et Okacha Hamzaoui (CSC)
La Commission de discipline de la Ligue de football professionnel (CD/LFP) a infligé également cinq matchs de suspension à l’attaquant du Paradou AC, Zerroug Boucif, dont un avec sursis, et quatre matchs de suspension au fer de lance du CS Constantine Okacha Hamzaoui, dont un avec sursis, pour leur comportement déplacé au cours de la 13e journée de Ligue 1. Boucif a été exclu lors du match qui avait opposé son équipe à la JS Saoura «pour crachat envers adversaire», alors que Hamzaoui avait écopé d’un carton rouge contre l’US Biskra, pour «insultes envers officiel», a rappelé l’instance concernant les griefs retenus contre ces deux joueurs. «La suspension de Boucif est assortie d’une amende de 50.000 DA, et celle de Hamzaoui d’une amende de 40.000 DA» a encore précisé l’instance dans un communiqué, diffusé mardi sur son site officiel. Outre les joueurs, la CD de la LFP a sanctionné certains techniciens ayant également eu un comportement déplacé au cours de la précédente journée de championnat, notamment, l’entraîneur des gardiens de but du WA Tlemcen, Hicham Mezaïr. L’ex-international a écopé en effet d’un match de suspension ferme, incluant une interdiction de terrain et de vestiaires, pour «contestation de décision», lors de la défaite de son équipe chez l’HB Chelghoum Laïd (3-1). «La suspension de Mezaïr est rehaussée d’une amende de 30.000 DA» selon la même source, ayant expliqué s’être basée sur l’article 42 pour prendre cette décision. (APS