La dernière session de la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (CD/LFP) a été marquée par la prononciation d’un plus grand nombre de sanctions envers les entraîneurs qu’envers les joueurs, avec la contestation de décision comme principal motif. La sanction la plus lourde a été prononcée contre Lotfi Boudraâ, entraîneur adjoint du CS Constantine, ayant écopé d’un mois de suspension ferme, pour avoir tenu des «propos injurieux» pendant le dernier déplacement de son équipe chez le Paradou AC. «La suspension de Boudraâ prend effet à partir du 6 février courant, et elle est rehaussée d’une amende de 100.000 DA», a ajouté la CD de la LFP. De son côté, l’ancien latéral gauche du MC Alger, Réda Babouche, aujourd’hui entraîneur adjoint à la barre technique du Doyen, a écopé de deux matchs de suspension fermes, «pour contestation répétée». Une suspension incluant une interdiction de terrain et de vestiaires, en plus d’une amende de 30.000 DA, selon la même source.
De leurs côtés, Youcef Bouzidi (entraîneur en chef de l’US Bikra), Fateh Toual (entraîneur des gardiens du NA Hussein-Dey) et Karim Delhoum (entraîneur adjoint de l’ES Sétif), ont écopé d’un match de suspension ferme, pour contestation de décision, ainsi qu’une amende de 30.000 DA pour chacun d’entre eux. Des suspensions «incluant une interdiction de terrain et de vestiaires» a précisé la LFP. Côté joueurs, c’est l’attaquant du NC Magra Hadj Bouguèche qui a été le plus lourdement sanctionné, avec une suspension de deux matchs fermes et 20.000 DA d’amende, pour «insultes envers adversaire», lors du match qui avait opposé son équipe au CR Belouizdad, pour le compte de la précédente journée de Ligue 1, disputée le 29 janvier dernier. La suspension de Hadj Bouguèche est effective à partir du 31 janvier 2022.