Dernier de la Liga, l’Espanyol de Barcelone estime, dans un communiqué, que la fin de saison «a sans aucun doute été injuste, sur le plan sportif, car les conditions de jeu n’étaient pas équitables pour les derniers matches qui ont été disputés».
La promotion et la relégation en Espagne sont devenues des sujets épineux, avec de gros enjeux financiers, depuis que le match de Segunda (L2) entre Fuenlabrada et le Deportivo La Corogne, lors de la dernière journée, n’a pu être joué : plusieurs joueurs de Fuenlabrada, qui visait les barrages d’accession en Liga, étaient positifs au coronavirus.

Des barrages polémiques en deuxième division
Ce dernier match était crucial pour La Corogne, menacé de relégation en troisième division. Un comité avait décidé que ce match aurait finalement mercredi dernier, mais les joueurs du Deportivo ne se sont pas présentés l’avant-veille du match pour être testés, ce qui était un préalable à la tenue de ce match. Le Depor a finalement été relégué «sportivement», sans même avoir joué ce match, en raison des victoires de ses concurrents directs.
Le retard pris par les barrages d’accession énerve aussi le Real Saragosse, qui a raté de justesse l’accession directe en Liga – Huesca et Cadix ont été promus – mais est désormais privé, pour ces barrages, de son buteur vedette, Luis Suarez, dont le prêt par Watford est terminé. En s’appuyant sur ces problèmes en L2, l’Espanyol fait une tentative désespérée pour faire annuler sa relégation, alors que la Liga s’est terminée fin juillet, à huis clos, sans le moindre problème.
Le club catalan n’a remporté qu’un match sur les 11 disputés depuis la reprise d’une saison pendant laquelle il a changé trois fois d’entraîneur. L’Espanyol plaide aussi qu’il a été désavantagé par les stades vides, en fin de saison, lors de ses matches contre d’autres candidats à la relégation, et par le nombre élevé de ses joueurs testés positifs pendant la pandémie.