Le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, effectuera aujourd’hui une visite de deux jours en Algérie, à l’invitation de son homologue Abdelkader Messahel. Cette visite du chef de la diplomatie russe s’inscrit dans «le cadre du dialogue politique régulier et de la concertation permanente entre les deux pays, instaurés depuis la signature de la déclaration commune sur le partenariat stratégique entre l’Algérie et la Fédération de Russie, le 2 avril 2001, à l’issue de la visite d’Etat du président Abdelaziz Bouteflika, en Russie», note le ministère des Affaires étrangères.

Cette visite intervient «dans un contexte de développement continu du dialogue politique et de la coopération entre les deux pays», qui entretiennent des relations qualitatives s’inscrivant dans une concertation permanente. La visite de Lavrov «donnera lieu à un examen d’ensemble de l’état et des perspectives des relations bilatérales et permettra un large échange de vues sur les grandes questions régionales et internationales. Dans ce contexte, la situation en Libye et les développements récents, auxquels ce dossier a donné lieu, seront au centre des entretiens, tout comme la situation au Sahel, au Mali, en Syrie et l’évolution du dossier du Sahara occidental», souligne le communiqué du MAE. En effet, il y a convergence sur les questions d’ordre international entre les deux pays. Alger et Moscou ont toujours rappelé leur attachement aux principes de règlement politique des conflits, de la nécessité du dialogue, de la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays et du respect de la Charte des Nations unies. Les deux pays ont de plus des points de vue communs sur les questions internationales et régionales, notamment sur la situation en Syrie, Libye, au Sahel, la lutte contre le terrorisme, la lutte contre la radicalisation, le crime organisé transnational ainsi que la cybercriminalité. «Nos pays prônent la garantie de la stabilité et de l’équilibre des intérêts dans les relations internationales, le renforcement du rôle central de l’ONU, et le respect des normes et des principes fondamentaux du droit international, notamment le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes sans ingérence extérieure. Nos approches se rejoignent, par exemple sur la Syrie et la Libye», avait déclaré, le 15 février 2018 Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères lors de la visite de Messahel à Moscou. «L’Algérie est l’un de nos principaux partenaires en Afrique et dans le monde musulman», avait-elle ajouté. La visite du chef de la diplomatie russe en Algérie intervient également à la veille de la tenue de la 9e session de la Commission mixte économique algéro-russe, prévue à Moscou du 28 au 30 janvier 2019. L’Algérie est liée, depuis avril 2001, à la Russie par une déclaration sur l’établissement d’un «partenariat stratégique», l’instauration d’un partenariat diversifié essentiellement dans les secteurs de la formation professionnelle, la recherche scientifique et technique et de la culture, qui sont venus s’ajouter à ceux de l’industrie, des transports, du nucléaire civil et de l’énergie.<