L’ONU a appelé à l’arrêt immédiat des hostilités qui ont éclaté entre deux groupes armés à Tajoura, banlieue est de la capitale libyenne Tripoli, selon un communiqué de la Mission d’appui des Nations unies en Libye (Manul). La Manul a appelé «à la cessation immédiate des hostilités», rappelant à toutes les parties «leurs obligations conformément au droit international humanitaire», dans un communiqué publié dans la nuit de vendredi à samedi. Des affrontements à l’arme lourde ont éclaté jeudi soir et se sont prolongés vendredi entre deux milices loyales au Gouvernement d’union nationale (GNA), basé à Tripoli, dans des zones résidentielles de Tajoura, banlieue située à une vingtaine de kilomètres à l’est de la capitale. Selon des habitants de Tajoura contactés par l’AFP, les combats ont cessé vendredi à la mi-journée.
Les causes de ces violences restent inconnues mais selon des sources locales, les heurts ont éclaté à cause de différends entre les chefs des deux groupes armés, faisant au moins trois morts et plusieurs blessés dans les deux camps. Il n’a pas été possible de vérifier ce bilan de source indépendante. La Manul s’est dit «très préoccupée» par ces affrontements «impliquant des armes lourdes, causant des dégâts aux propriétés privées et mettant la vie des civils en danger», sans donner de bilan. Pour la mission onusienne, ces incidents soulignent le «besoin urgent d’une réforme indispensable du secteur de la sécurité libyen».
Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est déchirée par les violences et deux camps rivaux se disputent le pouvoir: le GNA, reconnu par l’ONU, et le maréchal Haftar, qui règne sur l’Est et une partie du sud. Ces affrontements armés dans la région de Tripoli sont les plus violents depuis la fin de l’offensive du maréchal Haftar qui a tenté, sans succès, d’avril 2019 à juin 2020, de prendre le contrôle de la capitale. Salah Eddine al-Namrouch, ministre de la Défense du GNA, a menacé «de recourir à la force» si les deux camps ne cessaient pas «immédiatement» les combats, selon un communiqué publié vendredi, ordonnant «la dissolution» des deux milices et la comparution des deux chefs devant le procureur militaire. n